logo-mini
Ross Lovegrove

Ross Lovegrove : bio-mimétisme et essentialisme organique


Partager

Ross Lovegrove

Auteur d’un langage pictural futuriste et organique, le Centre Pompidou lui consacre une grande rétrospective sous le concept DNA acronyme de design, nature et art. Et pour cause, l’empreinte génétique de Ross Lovegrove, sa particularité est de créer à partir d’une observation microscopique de la nature, ce qu’il appelle un « essentialisme organique ».

En clair, une immersion dans les détails de la forme des coraux, diatomées, plancton ou squelette et os, pour ensuite créer du mobilier à partir de ses observations. Un exemple : la Chaise Diatom en aluminium pressé, et aux lignes compactes et rondes, inspirées de la forme des diatomées, ces minuscules particules unicellulaires invisibles à l’œil nu. Autre exemple : une bouteille d’eau minérale réalisée après analyse numérique ultra précise des mouvements de l’ondulation aquatique.

L’utilisation minimale d’énergie et le biomimétisme sont pour lui essentiels et c’est ce qu’il démontre dans la chaise Supernatural et la table Ginkgo en fibre de carbone où il a repris le principe dynamique d’une feuille de cet arbre. Rendre l’invisible visible, et l’impalpable tangible, c’est le défi qu’il se lance dans chacune de ses réalisations design. Comme l’expliquent les conservateurs et commissaires d’exposition du Centre Pompidou, ce qui rend le travail de Ross Lovegrove exceptionnel, c’est qu’il s’intéresse non seulement aux formes de la nature mais aussi à ces processus d’évolution.

Le mouvement, la mutation, les métamorphoses, la croissance et le déclin lui inspirent des pièces de mobilier totalement inclassables et uniques en leur genre. Et il le fait grâce à l’intégration de technologies numériques de pointe. Dans sa démarche, Ross Lovegrove se donne aussi une mission militante, à sa façon, il défend la sacralisation du vivant et un plus grand respect de la nature.

« Je suis devenu designer parce que le design réunit l’art, la science, la technologie, et pour exprimer mon émerveillement face à la nature » explique t-il. Et il ajoute que nous sommes propulsés dans « un nouvel âge biologique où la robotique, les prothèses, les voitures autonomes et l’architecture seront conçus à partir des principes d’organisation de la nature. » Biomimétisme, essentialisme organique, le britannique Ross Lovegrove est autant un scientifique, un biologiste qu’un designer et un artiste, une combinaison rare avec, à l’arrivée, des objets exceptionnels.


Poster un Commentaire

11 + 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.