logo-mini
Monet

Claude Monet : Le Petit Bras De La Seine À Argenteuil


Partager

Monet

Aujourd’hui, on vous propose une immersion picturale dans l’univers de Claude Monet, l’un des grands maîtres de l’impressionisme, à travers son chef d’œuvre baptisé : le Petit Bras De La Seine À Argenteuil.

Les impressionnistes voulaient avant tout saisir des instants, c’est-à-dire des paysages ou des individus à un moment unique et dans un endroit précis, sous un éclairage particulier.

De ce point de vue, le peintre le plus caractéristique est Claude Monet.

Dans sa toile représentant le fleuve de la seine dans la région d’Argenteuil, nous  sommes ici au bord d’un bras secondaire de la Seine, dont les eaux paisibles miroitent sous un pâle éclairage d’automne.

C’est une scène dépourvue de tout effet dramatique. Rien ne vient la troubler, si ce n’est l’activité silencieuse de deux silhouettes noires.

Pourtant, chaque élément de cette composition, le vaste ciel d’un bleu vaporeux, les arbres au feuillage clairsemé, les berges sablonneuses, l’ensemble concourt à créer un climat d’absolue tranquillité.

Tout le génie de Monet est là : nous montrer une scène apparemment banale, en nous donnant l’impression de partager avec lui un moment privilégié.

Au sujet des toiles de l’artiste, Paul Cézanne disait je cite : «  Monet, ça n’est qu’un œil, mais quel œil ! ».

Visiter une exposition impressionniste comme celle consacrée à Monet au Grand Palais à Paris, c’est vivre une expérience sensorielle intense.

S’immerger dans l’œuvre de Claude Monet : C’est recevoir en pleine figure une grande bouffée d’air iodé des plages normandes, sentir les doux rayons d’un soleil printanier, caresser du bout des doigts les coquelicots fragiles qui semblent flotter sur les herbes hautes de la campagne française, ou contempler le miroitement d’un fleuve qui diffracte les formes et donne à l’eau un aspect de pelage fauve.

Dans l’œuvre délicate de Monet, tout est léger et aérien. Les formes se dissolvent dans des couleurs poudrées soyeuses. Les éléments, eau, terre et air, se fondent les uns dans les autres.

Claude Monet disait je cite : «  On n’est pas un artiste si l’on ne porte pas son tableau dans sa tête avant de l’exécuter et si l’on n’est pas sûr de son métier et de sa composition… Les techniques varient… L’art reste le même : il est une transposition à la fois volontaire et sensible de la nature ».

Dans  ces dernières œuvres, Monet va au-delà des impressions, nuances, et sensations.

Comme il l’écrivait, il voulait rendre « l’illusion d’un tout sans fin, une onde sans horizon et sans rivage ».


Poster un Commentaire

quatre × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.