logo-mini
hologramme

Tableau de bord hologramme


Partager

hologramme

À côté de l’électronique grand public, l’automobile et ses équipements connectés sont de plus en plus présents au CES, le plus grand salon mondial pour les nouvelles technologies et le high-tech.

La dernière édition du CES n’a pas dérogé à cette nouvelle règle: la voiture du futur et les prototypes de demain étaient au premier plan.

Après les véhicules connectés, autonomes et électriques, le pare-brise connecté ou le casque de moto connecté ;

C’est un habitacle d’un nouveau genre qui a fait le buzz au CES.

Présenté par un géant de l’automobile, il s’agit du tableau de bord hologramme : des commandes virtuelles avec retour haptique.

L’affichage tête haute est ici couplé à une technologie de « gesture ».

À l’arrivée ; un tableau de bord dont certaines commandes emploient des hologrammes que le conducteur active d’un geste de la main.

Le secret ? Une caméra qui scanne les gestes et mouvements de la main du conducteur.

Un tableau de bord virtuel apparaît dès que la main aborde une zone holographique.

Le conducteur ressent un retour haptique, une sorte d’impulsion qui lui confirme que la commande voulue a été activée.

Par exemple, allumer la radio,  la climatisation, ou rejeter un appel téléphonique entrant.

Dans ce domaine porteur des technologies holographiques, les avancées sont constantes.

Les procédés sont affinés et plus pointus, l’hologramme 3D peut désormais être projeté sans lunettes 3D, sans écran et donne vraiment la sensation visuelle de flotter dans le vide.

Dans le secteur automobile, les applications potentielles sont nombreuses, tableau de bord mais aussi pour le GPS, une entreprise suisse planche sur un système qui projette des images holographiques sur le pare-brise.

Le conducteur peut alors suivre ces indications, exactement comme s’il était au volant d’une voiture dans un jeu vidéo.

Toutefois, il faut le noter les constructeurs automobiles sont prudents dans l’intégration du high-tech dans la conduite, pour des raisons de sécurité, risques de piratage par des hackers, et surtout pour garantir la concentration du conducteur en évitant les distractions.

La technologie embarquée dans la voiture, oui, mais seulement après des tests poussés sur une longue période de temps et dans de multiples environnements de conduite.


Poster un Commentaire

3 − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.