logo-mini
Frank Lloyd Wright

Portrait d’un grand maître : Frank Lloyd Wright


Partager

Frank Lloyd Wright

Un médecin peut enterrer ses erreurs, mais un architecte ne peut que conseiller à ses clients de planter des vignes. Cette phrase provoc est signée Frank Lloyd Wright, grand maître de l’architecture moderniste.

Né en 1867 dans le Wisconsin, Frank Lloyd Wright a toute sa vie symbolisé l’esprit pionnier américain, dans ce qu’il a d’audacieux et de déterminé.

Un défricheur de frontières, c’est ainsi qu’on pourrait tenter de définir cet architecte hors du commun ; un visionnaire, un rebelle influencé par des penseurs comme Thoreau, et qui s’est construit en marge de tout mouvement et de toute école avec des réalisations célèbres comme le Musée Guggenheim de New York et la cultissime Maison-Cascade.

Contemporain de l’école européenne du Bauhaus représentée par l’architecte Mies Van der Rohe, Wright affiche quelques points commun avec ce courant fonctionnaliste lorsqu’il déclare par exemple que La simplicité, c’est l’harmonie parfaite entre le beau, l’utile et le juste. »

Mais à bien d’autres niveaux, Wright est différent du Bauhaus.

Une position qu’il explique clairement ainsi : je cite « La forme suit la fonction – ayant été mal compris. Forme et fonction devrait être une, et unies spirituellement. »

Unité, spiritualité, toute son œuvre est basée sur cette quête d’une harmonie entre la nature et l’habitat humain.

Il crée ainsi un nouveau mouvement : l’architecture organique…une architecture qui s’intègre avec intelligence au paysage sans le transformer.

Le plus bel exemple de son travail en est l’incroyable Fallingwater house…la maison cascade…une maison construite sur des rochers, au-dessus d’une chute d’eau.

Pour cette réalisation complexe, l’architecte n’a pas touché à la nature, il s’est adapté à celle-ci, la construction épousant la forme du terrain en dénivelé.

Car comme il l’écrivait dans une correspondance : « la façade doit se comporter envers la structure comme la chair envers les os »

Les Toits presque plats de la maison-cascade, ses corniches, terrasses et balustrades relient la maison à l’environnement et reprennent la structure même de la cascade naturelle.

Décédé en 1959, Wright, aura poursuivi son idéal jusqu’au bout sans compromis, et réalisé plus de 800 constructions.


Poster un Commentaire

17 − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.