logo-mini
Kasbah Ait Ben Haddou

L’architecture de terre de la Kasbah Ait Ben Haddou


Partager

Kasbah Ait Ben Haddou

Aujourd’hui on part explorer l’architecture de terre du Ksar ou Kasbah d’Ait Ben Haddou dans la région de Ouarzazate, un ensemble d’édifices classés au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Bâtiments de terre entourés de murailles, murs défensifs et tours d’angles, la Kasbah d’Ait Ben Haddou est emblématique de l’architecture de terre du sud marocain.

Situé sur les contreforts du Haut Atlas dans la province de Ouarzazate, le site d’Aït-Ben- Haddou est le plus célèbre des ksour de la vallée de l’Ounila. A l’abri de ses hauts murs rouges, il abrite de nombreuses maisons d’habitations et de petites ruelles étroites comme une médina La Kasbah en hauteur et protégée derrière ses murailles défensives est un véritable microcosme, une cité fortifiée en miniature Certaines maisons de terre sont modestes, d’autres plus imposantes, comme de petits fortins encadré de hautes tour d’angle, ornées sur la partie supérieure de motifs décoratifs en brique crue. Côté architecture, l’habitat du ksar est structuré en groupement compact, fermé et suspendu. On y trouve des lieux de vie communautaire et de culte : une mosquée, une place publique, un caravansérail qui hébergeait les commerçant de passage, et deux cimetières (musulman et juif) Le Ksar d’Ait Ben Haddou contient aussi derrière ses hauts murs : un grenier situé au sommet du village pour le stockage du grain , de deux cimetières (musulman et juif) et du sanctuaire du saint Sidi Ali ou Amer.

Le Ksar Ait Ben Haddou a été choisi pour intégrer la liste de l’UNESCO du patrimoine mondiale de l’humanité, tant pour sa valeur architecturale, qu’historique. La Kasbah était un des nombreux comptoirs sur la route commerciale qui liait l’ancien Soudan à Marrakech par la vallée du Dra et le col de Tizi-n’Telouet. Pour les experts de l’Unesco Le Ksar d’Aït-Ben- Haddou est un exemple éminent de ksar du sud marocain illustrant les principaux types de constructions en terre que l’on observe à partir du XVIIe siècle dans les vallées du Dra, du Todgha, du Dadès et du Souss. Et il offre un panorama complet des techniques de construction en terre, une parfaite synthèse de l’architecture ancienne du sud marocain Mais vigilance, les bâtiments qui forment la Kasbah sont très fragiles et vulnérables en raison du manque d’entretien causé par l’abandon du ksar par ses habitants. Des organismes étatiques comme les collectivités locales, travaillent main dans la main avec le CERKAS (Centre de conservation et de réhabilitation du patrimoine architectural des zones atlasiques et sub-atlasiques) pour préserver la Kasbah d’Ait Ben Haddou dans son intégrité et son authenticité.


Poster un Commentaire

dix-sept + quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.