logo-mini
Formule E

Formule E : Le Grand Prix de Paris


Partager

Formule E

Dans les rues parisiennes, sur un circuit  tracé autour des Invalides, avec la Tour Eiffel en toile de fond, c’est finalement  le pilote brésilien Lucas di Grassi qui s’est illustré, il signe à Paris sa troisième victoire de la saison, c’est sa deuxième victoire après celle de Long Beach aux États-Unis.

Parti deuxième sur la grille de départ, Lucas Di Grassi opère rapidement un dépassement sur le pilote  Sam Bird, l’auteur de la pole position.

Il  ne lâchera ensuite plus rien, il maintient son avance et fait la course en tête sur les 45 tours du circuit, y compris après le changement de monoplace, l’intervention de la voiture de sécurité en fin de course n’y changera rien, Lucas di Grassi prouve une fois de plus qu’il est le leader du championnat, en s’imposant avec huit dixièmes d’avance sur le Français Jean-Eric Vergne et une seconde et demie sur le Suisse Sébastien Buemi.

Arrêtons-nous un instant sur ce jeune championnat de Formule E mais commençons par l’essentiel : qu’est-ce qu’une voiture de Formule E ?

Sur une voiture de course électrique, l’élément le plus important est bien évidemment  la batterie.

Elle n’est pas branchée sur un grand chargeur industriel. Il est aujourd’hui impossible de recharger ces bolides sur une simple prise électrique car il faut réduire le temps de charge. 45 minutes suffisent pour recharger pleinement la batterie, il est donc essentiel d’avoir une source d’alimentation électrique puissante (650 volts).

Les pneus sont également un élément essentiel sur ces monoplaces :

Les pneus ressemblent à ceux que nous utilisons pour des voitures classiques. Seules différences, les rainures ou les bandes de roulement. Il faut savoir que ces monoplaces ne sont pas aussi rapides qu’en Formule 1, mais les pilotes qui en ont fait l’expérience témoignent qu’il n’est pas pour autant plus facile de les conduire.

Autre particularité de la Formule E :

La possibilité pour les fans de décider de l’issue d’une course. Mais comment cela est-il possible me direz-vous ? Et bien c’est grâce aux votes des fans qui peuvent élire leur pilote favori.

Les internautes peuvent voter pour  leur pilote préféré via les réseaux sociaux. Les trois élus se voient recevoir un supplément de puissance de l’ordre de 40 chevaux, une puissance qu’ils ne peuvent enclencher qu’une seule fois, mais au moment de la course qu’ils jugent opportun.

Voila qui relance le suspens de ces courses du futur. Nommée FastBoost, cette nouvelle règle en Formule E a permis à un pilote lors de l’avant-dernière manche au Mexique de passer de la  deuxième place à la première position grâce au FanBoost. Voila comment les fans ont permis au pilote de gagner la course, cela crée une véritable  synergie entre les fans et les pilotes.

Lancée de manière discrète, la première saison de Formule E a connu un véritable succès auprès de fans de sport automobile et la deuxième saison, qui finira dans les rues de Londres en juillet prochain, suscite encore plus d’intérêt, que ce soit de la part des médias ou du public.


Poster un Commentaire

quatre × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.