logo-mini
capteur moléculaire

Le capteur moléculaire de poche


Partager

capteur moléculaire

Focus sur le capteur moléculaire de poche, un petit outil ultra-pratique avec beaucoup d’applications dans la vie quotidienne, à commencer par le domaine de la diététique et de la nutrition.

Le capteur moléculaire est relié à une base de données des nutriments, des données stockées dans le Cloud. Il envoie des rayons infrarouges vers les aliments afin de déterminer leur composition. Et, à l’arrivée, ce petit boîtier intelligent vous communique la composition du plat en glucides, protéines et fibres, ainsi que le nombre de calories totales.

Le capteur moléculaire permet même de vous donner des informations sur votre degré de glycémie si vous mangez ce plat ou cet aliment, un atout de taille pour les personnes diabétiques.

Du point de vue de la technologie, le scanner moléculaire intègre un spectromètre chimique qui envoie un rayon infrarouge sur la surface d’un aliment ou d’une boisson.

Or chaque aliment est formé de molécules uniques qui réagissent différemment à la lumière, c’est de cette façon que le capteur ou scanner est capable d’identifier la composition précise de l’aliment en question.

Déjà employée pour contrôler la qualité des produits dans l’industrie agroalimentaire, la spectroscopie proche infrarouge ou SPIR permet de réaliser une mesure en moins d’une minute et sans préparation de l’échantillon.

Elle permet d’accéder à la composition chimique des aliments sur une profondeur de plusieurs millimètres.

D’autres chercheurs internationaux développent un mini scanner capable d’identifier la composition d’un médicament, capable aussi de vous donner le taux d’hydratation d’une plante, et si elle a besoin d’eau.

Dans le domaine de l’alimentation, le scanner portable en cours de développement cherche à identifier si un aliment contient du gluten ou de l’arachide, cause d’allergies, il est testé pour évaluer s’il est capable d’identifier les conservateurs et additifs chimiques ou encore le degré de mercure contenu dans le poisson par exemple.

Mais ce type de technologie a ses limites et donc vigilance pour les personnes allergiques, le scanner moléculaire de poche n’est pas encore capable d’identifier les éléments trace présents en très faible quantité.

Or une trace d’arachide par exemple suffit à déclencher une réaction allergique.

Idem pour la présence de pesticides dans l’aliment scanné, le capteur, selon nombre d’experts, ne serait pas capable de les identifier car présents en très faible quantité.


Poster un Commentaire

seize − cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.