logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 27 janvier 2017


Partager

santé

40 millions de dirhams par an pour renforcer l’offre de soins dans la région de Draa-Tafilalet

Une décision prise à l’unanimité par le Conseil de la région, hier à Errachidia. Il faut savoir que dans cette région Draa-Tafilalet, il est difficile de satisfaire totalement les besoins sanitaires des habitants. Ces 40 millions de dirhams doivent aider à réaliser de nouvelles infrastructures sanitaires, à acquérir des équipements sanitaires et recruter aussi par contrat environ 300 professionnels de soins.

 

///////////////////

En France. Fini le service à volonté des boissons sucrées

Les fontaines à soda en libre service, c’est de l’histoire ancienne. Selon un arrêté publié, hier, au Journal officiel, les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants ne pourront, en effet, plus être mises à disposition à volonté, gratuitement ou pour un prix forfaitaire, dans les lieux de restauration publique et dans les établissements scolaires. L’arrêté, signé conjointement par les ministres de la Santé, de l’Agriculture et de la Consommation, fixe la liste des catégories de boissons touchées par cette interdiction : elle comprend « les boissons gazeuses et non gazeuses aromatisées… des concentrés comme les sirops de fruits… les boissons à base d’eau, de lait, de céréales, de légumes ou de fruits, y compris les boissons pour sportifs ou les boissons énergisantes, les nectars de fruits, les nectars de légumes et produits similaires, dès lors que ces boissons contiennent des sucres ajoutés ou des édulcorants de synthèse ». L’arrêté a été pris en accord avec la loi Santé de janvier 2016 afin de limiter les risques d’obésité, de surpoids et de diabète, notamment chez les jeunes, conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.

 

///////////////////

En France toujours. L’eau du robinet polluée pour près de 3 millions de Français

Ils sont 2,8 millions pour être précise à n’avoir accès qu’à une eau polluée, notamment par des pesticides, des nitrates, du plomb… Première cause de pollution : l’agriculture intensive. La plupart se trouve dans de petites communes rurales. C’est ce que met en lumière l’association de consommateurs « UFC Que Choisir ».  Elle a analysé les réseaux des 36 000 communes de France, entre février 2014 et août 2016. L’association se veut toutefois rassurante en affirmant que 96% des consommateurs peuvent boire l’eau du robinet en toute confiance. Plus de 15 millions d’analyses par an sont effectuées par les autorités de santé.

 

///////////////////

Aux États-Unis : les militants anti-avortement défilent à Washington

Galvanisés par le président Donald Trump, les militants anti-avortement entendent faire une démonstration de force en défilant, aujourd’hui, à Washington, dans un nouveau contexte politique qui leur est favorable. Les manifestants venus de tous les États-Unis marcheront entre la Maison Blanche et la Cour suprême, deux institutions dont ils attendent beaucoup. Cette « Marche pour la vie » a lieu six jours après la « Marche des femmes » … elle avait réussi à rassembler dans la capitale fédérale un demi-million de femmes souhaitant défendre leurs libertés fondamentales. Si cette marche se veut indépendante, elle accueillera tout de même en vedette le vice-président Mike Pence, qui prendra la parole à la tribune.

 

///////////////////

Coup de projecteur pour terminer sur Bangalore, la Sillicon Valley de l’Inde

De « cité des jardins », elle est passée à « cité des poubelles ». En fait, l’explosion démographique a entrainé une multiplication des ordures dans la ville. En seulement 20 ans (de 1991 à 2011) sa population est passée de 3 à 8 millions d’habitants ! Dans le même temps, en raison du nombre insuffisant de déchetteries, de l’inégalité de la collecte et de l’absence de planification urbaine, les ordures se sont multipliées dans cette ville auparavant réputée pour sa douceur et sa verdure. Aujourd’hui, la ville croule sous les 3 500 tonnes de rebuts générées chaque jour et la municipalité a dû relancer en 2013 une vieille usine de compostage. Si à l’époque de sa construction cet entrepôt se trouvait hors des limites de Bangalore, l’expansion géographique a permis à la métropole d’avaler le bâtiment qui se trouve désormais en pleine ville.


Poster un Commentaire

deux × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.