logo-mini
sciences

Actualité sciences et santé du 27 février 2017


Partager

sciences

Le Maroc bien représenté au Salon International de l’Agriculture à Paris.

Ce rendez-vous mondial de l’agroalimentaire, est une belle opportunité pour offrir aux visiteurs, pendant neuf jours, une palette de pas moins de 200 produits marocains du terroir. Et sur place, une trentaine d’exposants de produits du terroir – dont 80 % sont issus des coopératives agricoles et 20% du secteur privé – représentent le Maroc. Le Salon International de l’Agriculture de Paris, qui a été inauguré samedi en présence du président français François Hollande.

La présence du Maroc, dont la cinquième participation est organisée par l’Agence pour le Développement Agricole, traduit la ferme volonté du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime de développer, de promouvoir les produits du terroir marocain qui font partie intégrante de l’agriculture solidaire à laquelle le Plan Maroc Vert a dédié tout un pilier.

 

///////////////////

Un autre grand salon, mais à Barcelone cette fois-ci : le Mobile World Congress

C’est le grand rendez-vous pour découvrir toutes les innovations en matière de téléphonie mobile. Chaque année,  les constructeurs vont vous en mettre plein la vue. Et le futur de la téléphonie pourrait cette année être inspiré par l’acteur sud-coréen LG, avec son tout nouveau G6 pour tenter d’oublier le peu de succès de son prédécesseur G5 qui avait pour principale particularité d’être modulaire. De conception intégrale en métal, il disposera de deux capteurs photos de 13 mégapixels chacun, avec un champ de vision à 125°. Et  il aura aussi la particularité d’être étanche, résistant à l’eau et à la poussière, et de disposer de la recharge sans fil. Plus globalement, la tendance ira aux différents capteurs d’empreinte, d’haleine ou encore d’iris, à l’écran incassable voir pliable, à la plus large autonomie possible et à la recharge rapide en moins d’une heure. Les assistants personnels devraient également figurer parmi les évolutions majeures, notamment leur capacité à personnaliser et prédire les services proposés.  Ce n’est pas tout. Machine learning, intelligence artificielle, voitures connectées, drones, réalité virtuelle et augmentée… le salon sera riche en nouveautés. À noter que Samsung a déjà officialisé son absence. Après les déconvenues liées aux problèmes de batteries explosives sur les Galaxy Note 7, le constructeur coréen a préféré s’assurer de la qualité de tous ses modèles en préparation avant leurs lancements officiels.

Et puis autre nouveauté que l’on peut déjà retenir et qui va ravir les allergiques aux technologies : le retour du Nokia 3310. Il n’a pas pris une ride. Il permettra que de téléphoner et d’envoyer des messages. Très attendu, l’appareil « vintage » de la marque finlandaise a en tout cas été la star hier à Barcelone provoquant applaudissements et cris hystériques au moment de sa présentation.

 

///////////////////

La réalité virtuelle veut se faire une place dans le monde de l’entreprise

Si le débouché le plus visible et le plus médiatique de la réalité virtuelle est à ce jour le jeu vidéo, c’est bien du côté des entreprises que les développements seront les plus importants.

Architecture, commerce, automobile, éducation ou encore médecine… le champ d’action est large. Et preuve du dynamisme de cette technologie, qui est entrée dans une nouvelle dimension avec la commercialisation des premiers casques grand public. Deux salons se tiennent en France à un mois d’intervalle : il y a la première édition de Virtuality, qui s’est terminée hier, au Centquatre à Paris, avec 110 exposants et Laval Virtuality qui commencera le 22 mars prochain. 200 exposants sont annoncés, avec plus de 15 000 visiteurs l’an dernier.

D’ici 3 ans, la réalité augmentée devrait absorber les trois quarts d’un marché de la réalité virtuelle chiffré à 120 milliards de dollars dans le monde, par la société Digi-Capital. Date à laquelle ce secteur devrait atteindre « une taille critique » selon le cabinet Forrester.

 

///////////////////

C’est la journée internationale de l’ours blanc

Ils sont blancs l’hiver pour se cacher dans la neige, et jaunes l’été. Inscrits en 2008 sur la liste des espèces menacées, les ours polaires restent en danger. 31 000 ours blanc vivent aujourd’hui dans le monde… uniquement au pôle Nord et sur toute l’étendue de la banquise, du Canada au nord du Danemark, jusqu’en Sibérie. Mais 80 % de la population pourrait disparaître dans les 50 ans à venir. L’ours polaire a trois ennemis : la fonte de la banquise, le braconnage et la pollution des eaux. La qualité de la viande et du poil en subit déjà les conséquences. Les mâles les plus gros peuvent atteindre 600 kg. Ce sont les Inuits, les habitants de la banquise, qui ont constaté en premier les pertes de poids anormales, bien avant les premiers rapports scientifiques.  Ces bouleversements ont entraîné de tels manques de nourriture que les ours n’hésitent plus à venir fouiller les poubelles et les décharges des villes et villages du Grand Nord. Un danger pour l’homme et l’animal.

Les associations de défense de l’ours polaire espèrent que cette Journée mondiale de l’ours blanc servira à mobiliser les citoyens.


Poster un Commentaire

dix-neuf − 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.