logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 27 avril 2016


Partager

santé

Proposition de loi pour plus de transparence dans les rapports entre les différents acteurs de la santé

Le groupe parlementaire de la majorité vient d’introduire une proposition de loi en ce sens à la première Chambre du Parlement. Le texte concerne à la fois les laboratoires, les cliniques, les pharmacies, les fabricants de produits esthétiques, les distributeurs d’équipements médicaux, les médecins ou encore les associations de malades…

Cette proposition de loi prévoit d’interdire formellement d’accorder des privilèges et autres dons en nature aux médecins, syndicats professionnels, entités assurant la formation qualifiante ou continue. Les laboratoires liés par une relation financière directe ou indirecte avec une organisation doivent effectuer une déclaration spontanée auprès du Secrétariat Général du Gouvernement.

Par ailleurs, les laboratoires sont souvent mis à contribution dans le financement de congrès scientifiques. Le texte prévoit que ces contributions fassent désormais l’objet d’une autorisation préalable du Secrétariat Général du Gouvernement, après l’avis du Conseil de l’Ordre des médecins ou des pharmaciens.

 

Ces derniers sont d’ailleurs appelés à élaborer des modèles de conventions

Effectivement Sara. Des modèles de convention précisant notamment l’objectif des événements sponsorisés, les campagnes de sensibilisation, de traitement, la nature de la formation continue, l’éventuelle rédaction d’articles… Le Secrétariat Général du Gouvernement se chargera de son côté de publier, chaque année, le registre de ces conventions.

La proposition de loi prévoit également l’obligation de tenir ces rencontres dans des lieux sobres où les conditions de séjour sont secondaires par rapport à l’objet des rencontres scientifiques, avec interdiction d’en faire profiter des personnes étrangères à la profession.

Autre point prévu par le texte : les laboratoires et fabricants d’équipements médicaux devront déclarer auprès de l’administration et des conseils de l’Ordre, et ce avant le 31 mars de chaque année, les dons accordés aux organisations professionnelles ainsi que l’ensemble de leurs conventions de sponsoring.

Enfin, le projet de loi prévoit aussi l’obligation pour les bénéficiaires de déclarer les dons reçus ou accordés, sous peine de se voir infliger une amende équivalant à au moins 5 fois la valeur des avantages reçus. Des sanctions qui peuvent être aggravées en cas de récidive.

 

 

///////////////////

Accord de partenariat entre Sothema et Biocad

Cet accord a été signé le 14 mars 2016 entre les laboratoires russe et marocain. Il doit déboucher notamment sur la production de 3 médicaments pour lutter contre le cancer.

Pour le moment, aucune date de mise en œuvre de ce contrat n’a encore été annoncée. Sothema attend toujours le feu vert du ministère de la santé afin de se mettre en action.

Outre la diversification du traitement oncologique, le laboratoire pharmaceutique marocain bénéficiera d’un transfert de technologie médicale de la part de Biocad. Il compte ainsi mettre en place des formations qui visent à assurer une meilleure maîtrise de l’équipement et une connaissance orientée en biotechnologie récente.

Sur le  plan qualitatif, d’autres actions seront menées grâce à cet accord dont la promotion de la recherche et développement au Maroc. À travers cet accord, les deux laboratoires entendent contribuer fortement au développement préclinique, aux études cliniques ainsi qu’à l’enregistrement rapide des produits biologiques au Maroc.

 

///////////////////

Salon de l’aviation en Allemagne : les dernières innovations

L’Aero est le plus grand salon d’Europe consacré à l’aviation générale et il s’est tenu il y a quelques jours à Friedrichshafen, dans le sud de l’Allemagne.

Appareils ultralégers, électriques, planeurs, jets d’affaires, hélicoptères… Il y avait de quoi ravir les amoureux de l’aviation.   Mais ce qui a particulièrement attiré l’attention, ce sont les dernières innovations,  notamment en termes de sécurité des passagers.

Sur ce point, la tendance est au parachute de secours, non pas individuel, mais pour l’ensemble de l’avion. Un parachute intégré dans le nez de l’appareil que les passagers peuvent actionner lorsque le pilote est dans une situation de détresse, ou quand il y a une panne de moteur. L’avion descendra alors progressivement, sous son parachute.

L’Aero 2016 s’est penché également sur le sujet du handicap. Là aussi, des alternatives sont possibles afin de permettre à des personnes en situation de handicap de voler. Notamment en faisant du parapente. Pour rendre cela possible, un fauteuil roulant spécial a été développé. Il est équipé d’un système de suspension et de grandes roues qui lui permettent de décoller et d’atterrir sur un terrain bosselé.


Poster un Commentaire

six + 17 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.