logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 24 mars 2016


Partager

santé

Activités de sensibilisation à l’occasion de la Journée Internationale des Forêts

La Direction Régionale des Eaux et Forêts et de la Lutte Contre la Désertification du Haut Atlas a organisé, les 20 et 21 mars dernier, des journées d’information et de sensibilisation sur la thématique de la forêt. C’était donc dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des Forêts, JIF 2016.

Le but de ces journées est de souligner le rôle primordial des forêts et des arbres et de sensibiliser sur l’importance de préserver ce trésor de biodiversité, indique mercredi la Direction régionale dans son communiqué.

Au programme, diverses activités initiées par la direction du Parc National de Toubkal et la direction provinciale des eaux et forêts de Marrakech. Près de 130 élèves du monde rural et leurs encadrants de la province d’Al Haouz en ont ainsi bénéficié.

Parmi les activités proposées, la visite de l’écomusée du Parc National de Toubkal, une randonnée éducative sur le circuit vert de Tamadote pour découvrir la forêt de haute montagne. Et enfin la projection de films documentaires sur les Aires Protégées du Maroc, ainsi que sur les rôles des forêts.

 

///////////////////

Aujourd’hui marque la journée internationale de lutte contre la tuberculose

L’occasion de faire le point sur les efforts internationaux et nationaux visant à mettre un terme à cette épidémie. Cette maladie, également appelée peste blanche ou phtisie, est en recul depuis des décennies. L’Organisation Mondiale de la Santé souligne ainsi que l’épidémie régresse sur tous les continents, grâce à la vaccination au bacille de Calmette et Guérin, le BCG, et l’élaboration d’antibiotiques.

Le nombre de nouveaux cas diminue chaque année dans le monde, et la prévalence a baissé de 45% depuis 1990. La mortalité a, quant à elle, reculé de 45% sur la même période.

Toutefois, la tuberculose connait un regain dû à ses formes multi-résistantes, qui résistent même aux antibiotiques les plus puissants sur le marché. L’OMS révèle à cet égard qu’en 2014, près de 480.000 personnes ont développé une tuberculose multi-résistante.

Au Maroc, les personnes atteintes de tuberculose bénéficient d’une prise en charge thérapeutique gratuite dans les établissements de santé, pour une durée de 6 mois minimum. Certains cas nécessitent des traitements de plus de 18 mois, pour un coût de 34.000 DH par malade atteint de tuberculose multi-résistante.

 

///////////////////

Le Programme national de lutte antituberculeuse ambitionne d’éradiquer cette maladie d’ici 2050

Ce programme a permis un recul de l’incidence de la tuberculose depuis 1996, avec un taux de détection de plus de 85% et de succès thérapeutique de l’ordre de 90%.

Cette maladie affecte, dans une plus grande proportion les adultes jeunes vivant dans le milieu urbain, notamment dans les quartiers défavorisés et à forte densité de population.

2 campagnes de dépistage de la tuberculose chez les groupes de populations à haut risque ont ainsi été menées en 2014 et 2015 au niveau des provinces et préfectures marocaines les plus touchées par ce fléau.

Par l’intermédiaire de ces campagnes, le département de la Santé vise à augmenter le taux de détection des cas de tuberculose à plus de 95% en 2016, soit plus de 4.800 cas à détecter chaque année, à raison de 400 cas par mois sur toutes les provinces et régions.

 

///////////////////

 

Un cas de « vache folle » confirmé en France

Le ministère de l’agriculture français a annoncé aujourd’hui, que le cas potentiel de « vache folle » dans les Ardennes avait été confirmé. Le prélèvement sur l’animal décédé avait été envoyé au laboratoire européen de référence en Grande-Bretagne, pour l’encéphalite spongiforme bovine, la fameuse ESB. Sans attendre le délai, fixé entre 8 et 10 jours, le laboratoire a donc donné son verdict.

La vache de race Salers, âgée de 5 ans, était morte prématurément dans l’élevage. Elle devait donc subir obligatoirement un test comme tous les bovins âgés de plus de 4 ans envoyés à l’équarrissage et tous les bovins de plus de 12 ans, selon les règles en vigueur depuis octobre 2014.

Il s’agit du 1er cas d’ESB de ce type détecté en France depuis 2011. L’Hexagone avait retrouvé en mai 2015 son statut de pays « à risque négligeable » pour l’ESB. Un statut octroyé par l’Organisation Mondiale de la Santé animale. Cette décision avait permis la réouverture de certains marchés pour l’exportation de bovins français, comme Singapour, le Vietnam, l’Afrique du Sud, le Canada ou encore l’Arabie Saoudite.


Poster un Commentaire

5 × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.