logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 18 mai 2017


Partager

santé

Pollution inexpliquée sur le littoral atlantique. Les autorités mènent l’enquête

Le Secrétariat d’État chargé du développement durable a affirmé hier qu’une équipe de la police de l’environnement a été dépêchée sur les lieux pour s’enquérir de la situation. La présence de tâches noires sur une superficie de plus de 4000 m², a été confirmée sur une plage à Mohammedia. Face à certaines accusations, l’Office national de l’eau et de l’électricité a fait savoir que la centrale n’a jamais rejeté de poussières noires ou de cendres à la mer, depuis la rénovation de ses tranches fonctionnant au charbon, c’était il y a 8 ans. En tout cas, à l’heure actuelle, des prélèvements d’échantillons ont été effectués. Et une enquête sur la centrale thermique et ses alentours a aussi été ouverte, pour en savoir plus sur la nature et la composition de cette matière noire mélangée avec le sable.

 

///////////////////

La solidarité s’organise à M’diq

Depuis le début de la semaine et jusqu’à samedi, une campagne médicale gratuite de chirurgie de la cataracte est organisée, à l’Hôpital Mohammed VI, à M’diq. 300 personnes pourront en bénéficier. Cette campagne cible les plus démunis qui n’ont pas les moyens financiers de prendre en charge les frais d’un tel traitement ;

En ce qui concerne les moyens humains : il y a un staff médical et paramédical composé de 16 chirurgiens et infirmiers. Environ 60 opérations par jour devraient être réalisées. Parmi les organisateurs : la Fondation Hassan II d’ophtalmologie, le Ministère de la Santé et la Fondation du Festival International du film de Marrakech, à noter que le Centre cinématographique marocain organise des projections de films sur la corniche de M’diq pour justement sensibiliser le public à l’importance de cette chirurgie.

 

///////////////////

Interdiction des coquillages à Cap Beddouza

Le Département de la pêche maritime a décidé d’interdire la récolte et la commercialisation des coquillages issus de la zone de Cap Beddouza, dans la circonscription maritime de Safi et ce jusqu’à épuration totale du milieu. Des analyses ont révélé la présence de biotoxines marines dans les coquillages à des teneurs anormales. Les consommateurs sont ainsi appelés à s’approvisionner qu’en produits conditionnés, avec des étiquettes sanitaires d’identification, et commercialisés dans les marchés officiels. Le département de la pêche maritime avertit aussi que les coquillages colportés, ou vendus en vrac, présentent même un danger pour la santé publique.

 

///////////////////

Se baigner dans la Seine pour les JO 2024, un chantier olympique

Il y a presque 30 ans, Jacques Chirac alors maire de Paris, promettait de rendre la Seine propice à la baignade. En 1990, il réitérait sa prédiction, précisant qu’il s’y baignerait lui-même, « devant témoins ». Il est ensuite devenu Président de la république. Il n’a jamais trempé un orteil dans la Seine, et sa promesse est tombée à l’eau. Mais voilà qu’elle ressurgit, avec les Jeux Olympiques de 2024. Paris est candidate et l’ambition affichée de l’actuelle mairie de Paris, Anne Hidalgo est de rendre la Seine baignable pour les JO. Les épreuves de nage libre et le triathlon devraient s’y dérouler. Et, la baignade serait aussi accessible au grand public.  Reste quand même un mystère sur l’une des difficultés principales : l’assainissement de la Seine ! La propreté du fleuve est encore trop irrégulière pour permettre une baignade sans risque pour la santé. Un arrêté interdit d’ailleurs la baignade dans la Seine depuis plus de 90 ans.

Mais les solutions de la ville de Paris ont, semble-t-il, convaincu le CIO, pointilleux sur le sujet après les problèmes rencontrés lors des JO de Rio. Les eaux y étaient si polluées qu’elles présentaient un danger pour la santé des athlètes. En tout cas, si les organismes sont aujourd’hui optimistes, il reste encore du travail avant d’espérer piquer une tête dans la Seine.

 

///////////////////

L’UE impose une amende à Facebook concernant Whatsapp

110 millions d’euros : c’est le montant de l’amende que vient d’imposer la Commission européenne à Facebook. Son tort : avoir fourni des informations trompeuses sur son projet d’acquisition de la messagerie mobile WhatsApp il y a 3 ans. Cette décision intervient à l’issue de six mois d’enquête. C’est une première en Europe, et devrait représenter un sérieux avertissement pour les autres sociétés susceptibles d’avoir le même type de pratiques.


Poster un Commentaire

6 + neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.