logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 17 juin 2016


Partager

santé

Bientôt la fin des sacs en plastique

Plus que 2 semaines avant que l’interdiction des sacs en plastique ne soit effective. Leur fabrication tout autant que leur importation seront désormais interdites, à compter du 1er juillet, au Maroc.

Tous les sacs en plastique sont concernés à l’exception de ceux destinés au secteur agricole et industriels, ainsi qu’à la collecte des déchets ménagers. Les sacs de congélation sont également épargnés.

Dès lors, les sacs en plastique seront ainsi remplacés par des sacs en papier, des sacs tissés ou encore des sacs en tissus réutilisables.

Après l’adoption de cette nouvelle législation, une feuille de route sur les mesures d’accompagnement a été élaborée. Un fonds de 200 millions de dh a ainsi été mis en place pour les industriels. Géré par l’ANPME, ce fonds vise à financer la reconversion des unités.

En parallèle et en prévision de l’entrée de vigueur la nouvelle législation, une opération de ramassage a été lancée au début du mois. Ce sont les cimentiers qui seront par la suite chargés de l’incinération de ces sacs dans les fours de leurs usines. L’opération s’étalera sur 5 mois, et prendra donc fin le 31 octobre 2016.

 

///////////////////

Biotechnologie : le Maroc et l’Espagne signent un mémorandum d’entente

C’était ce mercredi à Rabat. Signé par le ministre de l’agriculture et de la pêche, Aziz Akhannouch, et la secrétaire d’Etat espagnol à la recherche scientifique, Carmen Vela. Ce mémorandum porte sur les axes prioritaires de recherche entre les deux pays, à savoir : l’énergie solaire, la protection de l’environnement et des espaces boisés, l’agroalimentaire et le développement des ressources marines.

Il vient en application de la déclaration conjointe signée par les deux pays en octobre 2012, à l’occasion de la Haute commission mixte.

À l’issue de la signature de ce mémorandum, la représentante espagnole a exprimé son espoir de voir se renforcer les relations bilatérales entre les deux pays. Une coopération qu’elle souhaite voir englober d’autres secteurs, notamment l’olivier et la gestion des déchets.

 

 /////////////////// 

Des ultrasons pour combattre les tumeurs du cerveau

C’est une découverte qui pourrait bien révolutionner la lutte contre les tumeurs cérébrales. Des équipes de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière  et de l’Inserm ont mis au point une méthode basée sur les ultrasons pour favoriser la pénétration des traitements médicamenteux à l’intérieur du cerveau. Les premiers résultats viennent d’être publiés dans la revue américaine Science Translational Medicine.

« Cette méthode novatrice offre un espoir dans le traitement des cancers du cerveau […] pour lesquels les molécules thérapeutiques existantes peinent à pénétrer dans le cerveau », explique le professeur Alexandre Carpentier, neurochirurgien à la Pitié-Salpêtrière et coordinateur de l’étude.

Les vaisseaux censés permettre leur diffusion à l’intérieur du cerveau sont en effet protégés par une paroi particulièrement étanche, appelée « barrière hémato-encéphalique ».

 

///////////////////

Et pendant plusieurs dizaines d’années, les chercheurs se sont heurtés à ce rempart.

Jusqu’en 2012 et l’invention par les équipes du professeur Carpentier du « SonoCloud », un implant ultrasonore de 11,5 millimètres de diamètre. D’apparence banale, l’objet est en réalité un concentré de technologie. Placé à l’intérieur de l’os crânien lors d’une opération chirurgicale, il émet, une fois activé, des ultrasons de faible intensité qui rendent les vaisseaux cérébraux temporairement perméables aux médicaments. Deux minutes d’émission d’ultrasons suffisent à perméabiliser la barrière hémato-encéphalique pendant six heures.

Les premiers résultats des tests cliniques initiés en 2014 sont jugés largement encourageants. « À ce jour, et pour la première fois au monde, plusieurs ouvertures répétées de la barrière hémato-encéphalique ont pu être observées chez les 20 patients traités », affirme le professeur Carpentier. Le procédé permet ainsi une diffusion de la molécule thérapeutique cinq fois plus importante que d’ordinaire.

SonoCloud pourrait bénéficier à plus de 160 000 patients dans le monde atteints d’une tumeur cérébrale. Un essai clinique doit d’abord être réalisé sur 200 patients en Europe et aux Etats-Unis pour en évaluer l’efficacité anti-tumorale. Le grand public devra ensuite attendre encore quelques années pour en bénéficier.


Poster un Commentaire

un × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.