logo-mini
sciences

Actualité sciences et santé du 15 septembre 2016


Partager

sciences

Incendie à Bab Taza : 68 hectares de végétation ravagés

Cet incendie s’est déclaré lundi soir dans une zone forestière de la localité de Bab Taza dans la province de Chefchaouen. Il a été maîtrisé totalement hier après-midi, après avoir ravagé environ 68 hectares de végétation.

La circonscription de cet incendie a nécessité le déploiement des éléments de la délégation régionale du Haut-commissariat aux eaux et forêt, ainsi que des Forces armées royales, de la Protection civile, des Forces auxiliaires, de la Gendarmerie royale, des autorités locales et des volontaires. Ils ont été appuyés par des moyens techniques terrestres et deux avions Canadair.

À noter que le suspect pyromane a été arrêté en flagrant délit par les éléments de la gendarmerie royale. Il est soumis à une enquête sous la supervision du Parquet général compétent avant d’être déféré devant la justice.

 

///////////////////

Un plan de sauvetage pour les polycliniques de la CNSS

Un plan stratégique sur 5 ans est en cours d’élaboration pour tenter de rétablir l’équilibre financier des 13 polycliniques de la CNSS tout en améliorant l’offre de soin.

Pour l’heure, le niveau d’activité de ces établissements reste faible, tandis que le taux d’occupation n’atteint pas les 50%. En cause : l’obsolescence des équipements, une masse salariale encore trop élevée malgré des départs volontaires, ou encore la nature même des activités pratiquées dans ces structures. Certaines ont des chiffre d’affaires trop faibles, tandis que d’autres comme les actions de proximité ne génèrent pas assez d’activité en hospitalisation.

La nouvelle vision en cours d’élaboration pour ces polycliniques prévoit par ailleurs de mettre en réseau les différents établissements, afin d’élaborer des stratégies médicales complémentaires. À la clé, une véritable logistique sanitaire pour le transfert des patients, des analyses et des examens. Notamment entre les 6 polycliniques du Grand Casablanca.

 

///////////////////

 

L’hôpital provincial d’Essaouira va faire peau neuve

L’hôpital provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah d’Essaouira fait l’objet de travaux d’extension et d’aménagement externe, a indiqué le délégué provincial du ministère de la santé, Dr. Khalid Sniter. « Ces travaux entrent dans le cadre du programme de mise à niveau des hôpitaux marocains mené par le ministère de la santé », a-t-il ajouté.

Des travaux programmés en deux tranches. La première d’un coût global de 111 MDHS concerne les travaux d’extension. Avec 35 MDHS alloués à l’équipement. La fin des travaux pour cette première tranche est prévue à la fin 2017.

D’un coût global de 13 MDHS, la 2ème tranche concerne l’aménagement externe et les travaux d’assainissement de l’hôpital, en plus des travaux de mise à niveau de l’ancien bâtiment.

Une fois les travaux achevés, la capacité d’accueil de l’hôpital passera de 303 à 359 lits. Le service de maternité sera notamment doté de 20 lits supplémentaires.

 

///////////////////

L’environnement et le comportement humain prochainement en discussion à Marrakech

Le thème sera au cœur d’une conférence le 28 octobre prochain à Marrakech, sous l’angle des approches Sociologiques et Psychologiques.

L’événement est organisé par la faculté des lettres et des sciences humaines de Marrakech. Il s’inscrit dans le cadre de la semaine scientifique de l’Université Cadi Ayyad sur « Le climat et l’environnement ». L’objectif : interroger le rapport et l’influence réciproque entre l’environnement et le comportement humain.

Lors de cette conférence, les participants débattront de plusieurs thèmes parmi lesquels, « l’environnement et la cognition sociale » ou encore « la culture, les croyances et les pratiques sociales liées à la gestion quotidienne de l’espace ».

 

///////////////////

La Voie lactée en passe d’être cartographiée !

C’est l’exploit qu’est en train de réaliser Gaia, le satellite de l’Agence spatiale européenne. À son tableau de chasse, plus d’un milliard d’étoiles. Un record en termes de recensement.

Le satellite, lancé le 19 décembre 2013 depuis Kourou, est engagé dans une gigantesque opération de cartographie de notre Galaxie : la Voie lactée. Il est doté d’une très grande précision, capable de percevoir l’équivalent d’un cheveu à 3 000 km de distance. Précision qui lui a permis de repérer pour l’instant 1,15 milliard d’étoiles.

Mieux, on connait maintenant la position exacte de ces étoiles et, pour une partie d’entre elles, leur vitesse de déplacement et leur vitesse par rapport au Soleil. Mais Gaia a encore du travail : entre 100 et 200 milliards d’étoiles peuplent notre Galaxie. La carte est donc loin d’être complète.

Si tout se passe bien, le satellite va donc continuer à travailler jusqu’en 2020. Les données qu’il envoie quotidiennement mobilisent des scientifiques issus de 25 pays. Ils espèrent au passage que Gaia va les aider à résoudre l’un des grands mystères de l’astronomie : la nature de la matière noire. Elle formerait jusqu’à 25% de notre univers, mais personne ne l’a jamais vue.


Poster un Commentaire

1 − un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.