logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 15 mai 2017


Partager

santé

Le Yémen déchiré par la guerre, doit aussi faire face au choléra

Pour l’OMS, le Yémen en proie à un conflit depuis plus de deux ans, est devenu l’une des plus grandes urgences humanitaires. Sur place, la situation sanitaire est catastrophique, et le choléra se répand à vitesse grand V : plus de 8500 cas de choléra et 116 morts en deux semaines, à Sanaa, où l’état d’urgence a été déclaré. Le Yémen, ce pays pauvre où la qualité de l’hygiène s’est fortement dégradée, l’afflux des malades, souffrant de diarrhées et de vomissements, dépasse de loin les capacités d’accueil des centres hospitaliers. Et en plus de cela, il y a des fortes pluies qui n’améliorent pas la situation mais aussi des déchets qui ne sont pas collectés depuis un moment des facteurs qui contribuent à la dégradation de l’hygiène.  Le ministère yéménite de la Santé a lancé un appel aux organisations humanitaires et à des associations caritatives afin de l’aider à éviter « une catastrophe sans précédent ».

 

///////////////////

L’OMS confirme un deuxième cas lié au virus Ebola en RDC

Confirmation hier de l’existence d’un deuxième cas de contamination par le virus Ebola en République Démocratique du Congo, après le recensement de 17 cas suspects cette semaine. Les organisations sanitaires tentent d’entrer en contact avec 125 personnes qui auraient pu être liées à ces cas recensés dans le nord-est du pays. Trois personnes sont déjà décédées parmi les cas suspects. Et il n’a pas été établi comment la première victime, un homme, a contracté le virus. Une réapparition du virus Ebola, un an après la fin de l’épidémie qui avait touché l’Afrique de l’Ouest faisant plus de 11 300 morts principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia.

 

///////////////////

Au Maroc. Circoncision collective pour des enfants dans la province de Sidi Bennour

La solidarité à l’honneur. Une opération s’est organisée pour 100 enfants issus de familles dans le besoin. Un communiqué du ministère de la Santé a indiqué, ce weekend, que ces enfants ont également bénéficié gratuitement des médicaments qui leur ont été prescrits et puis cette opération a aussi été l’occasion de distribuer vêtements et produits alimentaires à toutes ces familles. D’ailleurs 150 femmes ont pu bénéficier de consultation médicale et 130 enfants de consultations pédiatriques.

 

///////////////////

Cyberattaque : Microsoft appelle à une prise de conscience des gouvernements

Le président de Microsoft, Brad Smith, a paru confirmer hier les conclusions des experts sur la cyberattaque mondiale de vendredi, qui estiment que le code d’exploitation du virus, détenu par la NSA, a été volé à l’agence en avril. L’attaque au « rançongiciel », qui bloque les ordinateurs jusqu’au versement d’une rançon, a visé une ancienne version du système d’exploitation Windows pour laquelle Microsoft ne fournit plus de correctifs. Tout en reconnaissant la responsabilité du groupe pour prévenir de telles attaques, le dirigeant a relancé le débat sur la confidentialité des failles de sécurité détectées par les services de renseignement, qui les utilisent pour des opérations d’espionnage et de surveillance, plutôt que de les partager avec les groupes technologiques en vue d’une meilleure sécurité. Il a invité en outre les Etats à une « prise de conscience » après l’attaque, au vu « des dégâts infligés à des civils ».

Microsoft a réactivé le mois dernier et vendredi une mise à jour permettant de réparer la faille qui a permis au virus de proliférer. Selon Europol, 200 000 victimes ont été touchées dans 150 pays.

 

///////////////////

Sauter en parachute depuis un drone, une première mondiale

Se faire soulever dans les airs par un drone, à une altitude de 330 mètres, puis le lâcher pour une chute libre de quelques secondes avant de déployer un parachute. Un parachutiste a réalisé cette performance pour le compte de l’entreprise lettone Aerones, qui commercialise une puissante machine volante pourvue de 28 gros rotors, et capable de soulever des charges de plus d’une centaine de kilos. Un saut donc pour montrer la puissance de ces machines volantes et qui ouvre de nouvelles perspectives, notamment pour les secouristes dans des situations extrêmes. L’entreprise pense notamment à des personnes prises au piège sur le toit d’un bâtiment en flammes, par exemple. En tout, la fabrication de l’engin a coûté 35 000 euros. Ses batteries lui permettent de voler environ dix minutes.


Poster un Commentaire

8 + huit =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.