logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 11 novembre 2016


Partager

santé

Pour commencer on s’intéresse à l’avortement au Maroc

Des chiffres à retenir : entre cinq et huit cas d’avortements non sécurisés pour 1000 femmes âgées de 15 à 44 ans ont lieu chaque année au Maroc, soit 50 000 à 80 000 cas d’avortements. L’avortement non sécurisé est responsable d’environ 4,2% des cas de décès maternels et de 5,5% de décès suite aux complications directes post-accouchement. Des chiffres qui nous viennent de l’Association Marocaine de Planification Familiale, l’AMPF, qui, en l’absence de chiffres précis sur la pratique de l’avortement a voulu évaluer l’ampleur du phénomène en se basant essentiellement sur des études internationales et régionales.

Ces chiffres ont été présentés, hier, à Rabat, au cours d’une rencontre au profit des jeunes leaders de partis politiques. L’objectif étant de sensibiliser sur les efforts à fournir pour que la prise en charge des complications de l’avortement non sécurisé figure parmi les priorités de la stratégie sanitaire en vue de sauver la vie de centaines de femmes et de filles et de réduire le nombre des décès et des maladies relatives à la santé maternelle.
///////////////////

Les géants de l’or noir se mettent au vert

Déprime de l’or noir, montée en puissance des énergies vertes et prise de conscience de la menace du changement climatique. Désormais, la priorité pour les sociétés pétrolières, c’est la création de valeur. Ils prennent en marche le train des énergies renouvelables, secteur en forte croissance qui leur permet de diversifier leurs sources de revenus. Le président de Stratégies et Politiques Énergétiques, Francis Pressin, assure que « ce n’est pas une tendance purement conjoncturelle… c’est plus profond… c’est l’adaptation de certains des acteurs majeurs du secteur pétrolier à un certain nombre de bouleversements énergétiques et économiques ». Par exemple… Déjà présente dans la fabrication de panneaux photovoltaïques via sa filiale Sunpower, le Français Total vient de faire un pas dans l’éolien aux États-Unis en investissant dans un développeur de mini-éoliennes. L’italien ENI va investir 1 milliard d’euros sur trois ans dans des projets solaires, tandis que Shell, BP et Statoil ciblent plutôt l’éolien. Un mouton noir néanmoins : l’Américain ExxonMobil … alors que son compatriote Chevron se désengage de la géothermie et mise sur les biocarburants.

 

///////////////////

Comment va évoluer Facebook les 10 prochaines années

Hier c’était le dernier jour du Web Summit, le Sommet du web, à Lisbonne. Parmi les faits marquants, Facebook, numéro 1 des réseaux sociaux, qui présente sa stratégie pour les dix prochaines années.

« Créer un monde davantage connecté » Telle est la volonté de Mike Schroepfer, patron de la technologie de Facebook. Le réseau social reconnaît qu’il n’aura pas éternellement la même croissance, alors il compte chercher les nouveaux utilisateurs là où ils sont : plus de 4 milliards de personnes n’ont pas accès à internet, en Afrique subsaharienne notamment. Par ailleurs, des tests vont être menés en Californie pour améliorer les antennes de téléphonie mobile, l’utilisation de drones avec des panneaux solaires, miser sur les satellites, même si l’un d’entre eux a récemment explosé avec une fusée, sur ce point Facebook est en concurrence directe avec Google. L’autre grande orientation à l’horizon 2026, c’est l’innovation, l’intelligence artificielle. Utile pour les malvoyants : la reconnaissance visuelle, on pourra aussi ajouter des éléments sur une image en mouvements. Et puis il y a la réalité virtuelle : un nouveau casque autonome, interagir avec des avatars. En tout cas, pour ne pas perdre son avance, Facebook, plus d’un milliard d’adeptes tous les jours, ne peut plus être seulement un espace de discussion et de partage.

 

///////////////////

Les aficionados de la Vespa vont surement se réjouir

C’est le symbole de la Dolce Vita et bien la Vespa aussi n’échappe pas à la tendance… l’électrique.

Le groupe Piaggio présente ce week-end au Salon international du deux-roues de Milan un prototype de Vespa électrique, promettant la commercialisation de cette nouvelle génération pour la fin 2017.

Pour l’instant, elle n’a rien sous le capot et aucun détail ne filtre sur les caractéristiques du moteur mais le prototype orné d’un liseré bleu arbore fièrement la silhouette fuselée en forme de « guêpe » qui a donné son nom et fait le succès du célèbre deux-roues. Le constructeur rassure les fans et assure que ce sera « une vraie Vespa »… « Le style, l’agilité, la facilité d’utilisation et le plaisir de la conduire seront les mêmes ».

Pour l’instant, aucune indication n’a été donnée sur son prix, alors que les modèles actuels coûtent déjà entre 3.500 et 5.500 euros en Italie.


Poster un Commentaire

19 + dix-neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.