logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 29 février 2016


Partager

santé

Au Maroc, le ministre de la santé veut changer les lois régissant la pharmacie

El Housaine Louardi a mis l’accent sur la nécessité de mettre à jour les dispositions instituant et régissant l’ordre des pharmaciens. C’était ce samedi à Agadir, à l’occasion de la 2ème édition du Grand Salon international des pharmaciens du Sud.

Le ministre de la Santé a ainsi estimé que la loi 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie, est dépassée, précisant qu’un projet d’amendement de cette loi est en cours de préparation. Il a également indiqué, que son département s’active à développer un dispositif pour protéger les intérêts des pharmaciens.

Par ailleurs, le ministre a rappelé que son département s’active à mettre en œuvre une politique pharmaceutique nationale reposant sur 10 objectifs. Ils ont trait, entre autres, aux prix des médicaments et aux produits de santé.

 

///////////////////

Au Maroc toujours, les séropositifs lourdement discriminés

C’est ce qu’indique une étude réalisée par le CNDH avec l’appui de l’ONUSIDA et du Fonds mondial. Elle a été présentée jeudi dernier à Rabat. C’était lors d’un atelier sur la revue de l’environnement législatif et réglementaire lié au VIH/sida au Maroc.

Plusieurs porteurs de virus se sont vu refuser des soins notamment en médecine dentaire et en chirurgie. En milieu du travail, ces personnes se plaignent de licenciements en raison de leur statut sérologique. La confidentialité de ce statut a d’ailleurs été dans de nombreux cas violée. Violation constatée également dans d’autres milieux tels que les hôpitaux et les prisons.

Plus globalement cette étude souligne les difficultés qu’ont les séropositifs à accéder à une aide juridique appropriée et à prouver les discriminations dont ils ont fait l’objet. L’étude explique ainsi que la norme juridique en matière de discrimination n’inclue pas explicitement le VIH. En fait, ni  le Code du travail ni le Code pénal ne le déclinent comme motif de discrimination.

Cette situation indique l’étude a des effets négatifs sur la lutte contre le sida puisque cette population, par crainte de subir les rigueurs de la loi,  préfère se cacher et ne pas accéder aux services de prévention et de prise en charge.

 

///////////////////

Fièvre jaune en Angola : le bilan s’aggrave

Selon un dernier bilan des autorités sanitaires, l’épidémie de fièvre jaune, qui sévit en Angola, a déjà fait 125 morts sur 664 cas suspects depuis la fin décembre. Un bilan en hausse malgré les efforts des autorités, a déclaré le ministère de la Santé.

L’épicentre de la maladie reste la capitale, Luanda, où on enregistre 92 morts, selon les chiffres fournis vendredi soir par le ministère. En début de semaine, le bilan officiel s’établissait à 99 morts sur 461 cas suspects.

Dans des propos rapportés par l’Agence France Presse, la directrice nationale de la santé publique a expliqué qu’une campagne de vaccination avait été lancée dans le pays, et que  451 000 personnes ont déjà été immunisées, sur les 1,5 million prévues.

 

///////////////////

Une mission spatiale pour récolter du méthane sur Mars

Il s’agit de la mission ExoMars. Son 1er lancement est prévu le mois prochain. L’objectif : se mettre en quête de méthane dans l’atmosphère martienne. À son bord, trois spectromètres qui vont analyser la composition de l’atmosphère de Mars et notamment le méthane.

Pour les scientifiques, l’importance de ce gaz réside dans le fait qu’il est le résultat de phénomènes biologiques. Son étude pourrait permettre de déterminer si oui ou non il y a eu de la vie sur la planète rouge.

Différents instruments sur différentes missions ont déjà mesuré le méthane sur Mars comme Curiosity,  MarsExpress ou encore les observateurs sur la terre. Mais un certain nombre de questions demeurent. À charge d’ExoMars de les résoudre.

 

///////////////////

On reste dans l’espace avec l’ESA qui ambitionne de créer un village sur la lune

Le Directeur général de l’agence spatiale européenne, dit vouloir construire une base permanente sur la Lune. Ce projet incroyable prend peu à peu forme à mesure que les scientifiques européens commencent sérieusement à y réfléchir.

« Ce sera une station ouverte pour différents Etats participants, des pays des quatre coins du monde » explique le nouveau directeur général de l’Agence spatiale européenne, Jan Wörner.

L’idée, c’est que cette base lunaire de dimension mondiale vienne à terme remplacer la Station spatiale internationale. « Cela veut dire que les Américains, les Russes, les Chinois, les Indiens, les Japonais et même d’autres pays pourraient être présents et apporter leur contribution », indique Jan Wörner.

De son côté, le centre européen des astronautes de Cologne a déjà commencé à plancher sur les méthodes de construction de ce village lunaire permanent. Ils devront avant tout trouver des solutions à la problématique de l’exposition au rayonnement solaire et cosmique, à des températures extrêmes et aux micro-météorites.


Poster un Commentaire

un × 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.