logo-mini
Réforme de la justice

Réforme de la justice : Une mission possible?


Partager

Réforme de la justice

Les invités : Mohamed Oulkhouir, Avocat, Aziz Boucetta, Chroniqueur Luxe Radio chargé des questions politiques, Mohamed Ziane, Avocat et homme politique et Abdellatif Laamrani, Avocat.

Le ministre de la Justice défend bec et ongles une réforme de la justice qu’il décrit comme étant une réforme profonde et globale ; c’est, dit-il, la revendication d’un peuple, la volonté d’un Roi et la réalisation d’un gouvernement. Objectifs avancés : des jugements équitables et applicables dans un délai raisonnable. Mustapha Ramid veut, dans le fond, une justice équitable et indépendante, et dans la forme une justice rendue dans des tribunaux dignes de ce nom. Il affirme, en ce sens, que 29% des locaux sont en bon état, 23% dans état moyen et 48% sont inadaptés.

Pour une justice institutionnellement indépendante, des lois organiques ont été définitivement adoptées notamment celles relatives au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et au statut des magistrats. Côté ressources humaines, par contre, on serait bon puisque selon le ministre de la justice, nous comptons au Maroc en moyenne 12 magistrats pour chaque 100.000 habitants alors que les normes adoptées par la Commission européenne pour l’efficience de la justice recommandent entre 10 et 15 magistrats pour chaque 100.000 habitants. Par ailleurs et alors que la corruption reste l’un des grands maux de la justice, le réforme défendue par Mustapha Ramid présente l’augmentation des salaires des magistrats comme action incitative à même de garantir l’intégrité des juges, magistrats et greffiers.

Et à qui pourrait croire que les ambitions du ministère de la Justice dépassent ses ressources financières, le ministre de la justice affirme qu’il n’en est rien. Le ministère, dit-il, dispose des moyens financiers et humains qu’il faut pour mener à bien sa réforme.

Une réforme qui semble avoir la bénédiction du chef de gouvernement, qui n’a pas manqué de saluer les réalisations de son ministre de la justice. Il parle même d’un modèle marocain qui recueille l’intérêt à l’étranger.

Alors qu’en est-il en réalité ? Qu’apporte la réforme portée par Mustapha Ramid ? Quelles sont ses forces et quelles sont ses lacunes ? C’est le débat que nous ouvrons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

2 × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.