logo-mini
Actualité sciences et santé du 13 janvier 2016

Actualité sciences et santé du 13 janvier 2016


Partager

Actualité sciences et santé du 13 janvier 2016

Déclarée morte, une femme a failli être enterrée vivante a Berrechid

Une femme de 57 ans a été déclarée morte par l’hôpital où elle était soignée alors qu’elle était bien vivante. C’est le journal Assabah qui a relayé cette histoire sordide.

Au cimetière de Berrechid, le 9 janvier dernier, Fatima Nabil était sur le point d’être ensevelie lorsque les proches ont entendu des soupirs. Ils lui ont alors découvert le visage avant de réaliser qu’elle était en vie. La famille l’a immédiatement transportée à l’hôpital provincial Errazi d’où elle a été transférée à l’hôpital Hassan II.

Quelques jours auparavant, cette femme avait sombré dans le coma suite à un malaise. Transportée à l’hôpital, l’infirmière avait constaté sa mort. Une enquête a été ouverte par la police judiciaire de Berrechid pour essayer de tirer cette affaire au clair et comprendre comment l’autorisation d’inhumer a pu être délivrée à la famille. L’époux de la « rescapée » s’est dit scandalisé. Il a ajouté que le personnel médical devait absolument prendre ses responsabilités.

////////////////

Conférence ce jeudi à Rabat d’un prix Nobel de médecine 

Le Pr Françoise Barré­Sinoussi, Prix Nobel de médecine en 2008 et co-découvreuse du VIH, sera présente demain à Rabat. Elle prendra part à un débat organisé par l’École nationale de santé publique, l’OMS et l’ONUSIDA. Cette rencontre, a été placée sous le thème « La fin de l’épidémie du sida en 2030 ? ­ Perspectives pour le monde et le Maroc ».

L’occasion de débattre des conditions de la fin du VIH d’ici 2030 et des moyens pour atteindre cet objectif. Le Maroc, rappelons-le, est le seul pays de la région MENA à avoir amorcé la réduction des nouvelles infections par le VIH, avec une diminution de 16% depuis 2001.

////////////////

Zagora : des eaux usées seraient déversées dans l’oued Drâa 

Les membres de l’AAEZ, l’Association des amis de l’environnement de Zagora ont découvert récemment un conduit d’égout qui déverse des eaux usées au niveau de la commune de Tagmadart. Selon le témoignage d’un membre de l’association, les habitants du douar avoisinant le lieu auraient constaté la mort des poissons, vivant dans une daya se trouvant en aval du lieu de déversement.

Pour en savoir plus, l’association a envoyé un courrier aux autorités concernées pour attirer l’attention sur la situation et demander d’ouvrir une enquête.

Pour la direction régionale de l’eau à l’Office national de l’eau et de l’électricité de Zagora, « la station d’épuration des eaux de la ville de Zagora déverse une eau traitée dans l’oued Drâa ». Entrée en activité depuis fin 2014, la station fait de l’épuration de toutes les eaux usées de la ville. Cette eau serait saine et ne constitue aucune menace de pollution, selon la direction de l’ONEE à Zagora.

Or, les membres de l’AAEZ affirment que l’eau qui ressort de cet égout est fétide, sale et contient des déchets solides. La situation environnementale pourrait être encore plus grave, argumentent-ils. Un lâcher du barrage Mansour Eddahbi, qui se trouve en amont du Drâa, pourrait en effet emporter cette eau vers l’aval et contaminer plusieurs autres palmeraies.

////////////////

Entre temps, une réunion s’est tenue à huis clos entre les autorités locales, des représentants de l’ONEE et de l’Agence du bassin de Souss-Massa et Drâa à Zagora

Effectivement Sara. Cette réunion visait à débattre du problème et à tenter de le résoudre. D’après nos confrères de L’Economiste, cette réunion a fait état de l’absence de résultats d’analyse probants pour déterminer la qualité de cette eau déversée et de son impact sur l’environnement.

Toutefois, les odeurs fétides ont été également constatées et reportées par quelques participants à cette réunion. Ce qui appuie le constat de l’AAEZ. Parmi les recommandations qui ont été établies à l’issue de cette réunion, une analyse impérative des eaux usées. Mais également, une évaluation générale du projet entier de traitement des eaux usées de Zagora.


Poster un Commentaire

5 − quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.