logo-mini

Actualité science et santé du 01 Octobre 2015


Partager

Maroc : Les médecins internes et résidents des CHU sont en grève aujourd’hui

C’est aujourd’hui que démarre la grève des médecins internes et résidents dans les 5 centres hospitaliers universitaires (CHU) du Royaume, à savoir : Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech et Oujda.

Une grève illimitée qui s’ajoute au boycott de la rentrée universitaire et des stages hospitaliers des étudiants en médecine générale et dentaire.

Les futurs médecins manifestent ainsi notamment leur opposition au Service Sanitaire obligatoire. Un projet de loi du ministre de la santé qui prévoit d’instaurer 2 années de service civil obligatoire en milieu rural et autres régions enclavées.

D’après nos confrères des Inspirations Eco, des réunions marathons se sont tenues ces deux derniers jours pour tenter de convaincre les étudiants de mettre fin à leur grève. En vain. En revanche, ces derniers soulignent des avancées dans le dialogue.

De nouvelles réunions sont prévues au cours de la semaine. Les étudiants ont déjà pris RDV avec les ministres de la santé et de l’enseignement supérieur aujourd’hui, pour faire avancer les négociations.

///////////////////

Ce rapport de l’OMS sur le vieillissement

Et il en ressort Sara que partout dans le monde, les gens vivent plus longtemps. Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, la plupart des gens ont une espérance de vie supérieure à 60 ans.

D’ici à 2050, on s’attend à ce que la population mondiale âgée de 60 ans et plus atteigne 2 milliards de personnes, contre 900 millions en 2015.

Aujourd’hui, 125 millions de personnes sont âgées de 80 ans et plus. D’ici à 2050, la Chine à elle seule en comptera presque autant (120 millions) et il y aura dans le monde 434 millions de personnes de cette tranche d’âge. En 2050, 80% des personnes âgées vivront dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Le vieillissement de la population s’accélère également fortement à l’échelle planétaire. Par exemple, alors que la France a eu presque 150 ans pour s’adapter à l’augmentation de la part des 60 ans et plus dans la population, le Brésil, la Chine et l’Inde n’auront qu’un peu plus de 20 ans pour le faire.

Le vieillissement de la population a commencé dans les pays à revenu élevé. Au Japon, par exemple, 30% de la population a déjà plus de 60 ans. C’est désormais au tour des pays à revenu faible ou intermédiaire de connaître ces changements. Dans de nombreux pays (comme le Chili, la Chine, la Russie ou l’Iran, la part des personnes âgées dans la population sera, d’ici à 2050, semblable à ce qu’elle est au Japon.

///////////////////

Découverte italo-genevoise pour un meilleur traitement contre le sida

Des scientifiques des universités de Genève et de Trento, en Italie, sont parvenus à trouver une faille dans le processus infectieux du virus VIH, responsable du sida.

Leurs recherches ont mené à la découverte d’une protéine antirétrovirale, appelée SERINC5, qui, en quantité suffisante, est capable de freiner l’agressivité du virus.

Cette protéine a comme faculté d’entraver l’infection par le VIH. Le virus ne parvient plus avec efficacité à s’attaquer à des cellules. Le SERINC5 agit comme un signal d’alarme et prévient la cellule de l’arrivée du pathogène. Le virus n’est alors plus capable de pénétrer la cellule.

Pour contrecarrer le SERINC5, le virus VIH dispose d’une autre protéine, appelée Nef, qui renforce l’infectivité des particules virales. Nef, en inhibant SERINC5, est donc un élément vital pour le VIH et son développement infectieux. Toutefois, si SERINC5 est présent en grande quantité, Nef n’arrive plus à prendre le dessus.

L’objectif des scientifiques sera dorénavant de renverser l’équilibre des forces et de favoriser le SERINC5.

///////////////////

Bientôt les premières greffes d’utérus au Royaume-Uni

Un groupe de chercheurs britanniques a reçu le feu vert pour lancer dès 2016 le tout premier essai clinique de greffe d’utérus au Royaume-Uni, qui devrait concerner 10 femmes.

Approuvé par une commission de l’Imperial College, une université londonienne, l’essai sera mené par des chercheurs de l’organisation Womb Transplant UK. Cette dernière devra toutefois réunir 500 000 livres, l’équivalent de 677 000 euros pour le mener à bien.

Le Dr Richard Smith, qui dirigera l’équipe, espère suivre l’exemple de la Suède, où une femme a pu donner naissance à un enfant l’an dernier après avoir subi une greffe d’utérus. Le professeur Yves Ville, chef du service de la maternité de l’hôpital Necker à Paris, rappelait alors qu’il s’agit d’une « très belle avancée » mais qui reste une procédure très lourde et qui, pour l’heure, s’adresse principalement aux femmes nées sans utérus.


Poster un Commentaire

trois × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.