logo-mini
violence

La société marocaine montre-t-elle une détestation du féminin en l’homme ?


Partager

violence

On se penche sur les moyens de réguler la violence sociale. Si cette violence peut être dite sociale, c’est certainement qu’elle est collective, selon le philosophe Franck Fischback. Or, on sait quelles difficultés pose la notion de responsabilité collective. On accuse, en même temps, le système éducatif, la drogue, le chômage, la violence dans les médias, les réseaux sociaux, sauf que cette violence sociale ne touche pas que les jeunes. En témoigne ce dernier cas relaté dans la presse électronique, illustré d’une vidéo encore une fois choc.

Ça se passe dans la jolie petite ville de Larache, connue pour sa paisibilité, son succulent poisson, son histoire avec les ruines de Lixus. À Larache, il y a quelques jours, un jeune garçon qui jouait visiblement tranquillement dans un jardin public avec son skateboard, s’est soudainement vu prendre à partie par un homme bien plus âgé qui lui a reproché de s’adonner à des jeux qui ne seraient pas faits pour les hommes. Le tout accompagné d’insultes, de coups, et il finit même par lui enlever son skate, tout cela au vu et au su des badauds présents pour témoigner de cette violente scène ce jour-là.


Poster un Commentaire

huit − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.