logo-mini
RAMED

RAMED : cinq ans après, quel bilan ?


Partager

RAMED

Les invités

• Abdelmajid Sahnoun, conseiller à la direction générale de l’Agence Nationale de l’Assurance Maladie

• Abdelhakim Lakhdar, professeur de neurochirurgie au CHU Ibn Rochd de Casablanca

• Karim Ouldim, professeur de génétique médicale à la Faculté de médecine de Fès

• Anas Rihani, chef de service de coordination interne et intersectorielle à la division de suivi et mise en œuvre du RAMED au Ministère de la santé

Édito

Nous rouvrons le débat cet après-midi sur le Ramed. Le Régime d’Assistance Médicale au profit des démunis. L’Agence Nationale de l’Assurance Maladie  estime qu’à fin 2016, 10.4 millions de personnes ont bénéficié du Régime.

Mais si les différents bilans de l’action et réalisation du Ramed sont globalement positifs, il se pose depuis son lancement, plusieurs questions et problématiques principalement concernant la viabilité de son mode de financement, notamment la partie prise en charge par l’Etat. Des questions également autour de l’accès au régime pour les plus démunis, notamment ceux installés dans des régions dites reculées où se pose, initialement, la question de l’accès aux soins avant celle de son coût. Dans ces régions éloignées, quand il existe une unité de soin, elle est rarement dotée des moyens humains et matériels nécessaires.

Si le Régime d’Assistance Médicale fait des heureux, il est à signaler qu’il ne fait pas, justement, que des heureux. Certains  bénéficiaires se plaignent par ailleurs de coûts de dossiers jugés élevés, du retard des rendez-vous mais aussi de devoir encore payer eux-mêmes des examens médicaux dans le privé. Nous en débattrons avec nos invités. Les difficultés du Ramed sont plus globalement les difficultés de tout un secteur qui manque de tout. Manque de ressources financières, de matériel médical, d’unités hospitalières, de médecins et d’infirmiers. Les difficultés du Ramed sont aussi plus globalement les difficultés d’une société souffrant de disparités socioéconomiques notamment entre le monde rural et le monde urbain. Nous y revenons dans le débat.

Mais il est à signaler que, malgré les difficultés et les dysfonctionnements, le Ramed reste une des réalisations majeures au Maroc en termes d’accès aux soins et plus largement, en termes de concrétisation du droit de chacun à la santé dans un pays où l’état de santé des individus n’est pas à considérer indépendamment de leur statut social et économique. Qu’a apporté le Ramed à la santé des démunis ? Quels réglages sont-ils nécessairement à opérer pour un meilleur fonctionnement et une meilleure couverture ? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

vingt + 6 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.