logo-mini
médias mainstream

Politiques. Faites-vous diaboliser par les médias mainstream, et gagnez les élections !


Partager

médias mainstream

Les invités : Melanie Frerichs-Cigli, chroniqueuse aux Matins Luxe, Anouar Zyne, expert en communication politique – fondateur du mouvement citoyen Changer.ma, Khalid Baddou, président de l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication et Mohcine Benkhaldoune, membre du PJD

Les médias mainstream ont le pouvoir. Mais pour combien de temps le garderont-ils? La fin des médias mainstream a été annoncée plus d’une fois, mais force est de constater qu’aujourd’hui encore, le début de la fin ne se profile toujours pas. Mais doit-on l’attendre, doit-on s’y attendre, doit-on y travailler, pour quelles raisons et dans quels délais ? Nous en débattons cet après-midi.

Des événements d’actualité, sont venus récemment (re) poser la question, non seulement du pouvoir d’influence des médias, mais également, de leur crédibilité. L’élection du Républicain Donald Trump, si elle a sonné comme une claque, c’est que la surprise de son élection a été très dure à encaisser. De longs mois durant, l’homme a été présenté comme perdant et le passage des électeurs aux urnes en faveur d’Hilary Clinton n’apparaissait plus que comme une simple formalité. Mais le 8 novembre dernier, la réalité des votes n’était décidément pas celle des médias. D’autres exemples en ce sens conduisent à la réflexion, qui pour certains a déjà conduit à des conclusions franches concernant le pouvoir de manipulation des médias mainstream. Mais pour d’autres, le doute est peut-être encore permis.

Les médias se trompent-ils réellement, ou alors, désinforment-ils délibérément en vue de manipuler l’opinion publique ?  Nous aurons le point de vue de nos invités.

Par ailleurs, si ce pouvoir de manipulation des médias ainsi que leur réputation de faiseurs de fausses réalités ait pu avoir été effectif il fut un temps, pouvons-nous en dire de même aujourd’hui ?

Car les grands médias, forts de leurs assises financières, sont en rivalité, pour ne pas dire en concurrence avec des médias de nouvelle génération, dits mineurs, les médias sociaux notamment. Des médias qui, si financièrement ne font pas le poids, n’en demeurent pas moins extrêmement influents ; ils détiennent le pouvoir de l’immédiateté, de l’instantanéité, l’image et la vidéo qui se passe de toute analyse et de tout commentaire. Ils donnent par ailleurs à chacun, du moins et là encore en apparence, le pouvoir de savoir, de s’informer, de comprendre. Le pouvoir d’avoir sa propre opinion ; une opinion qui ne soit pas dictée par les grands médias et leurs soutiens supposés et pire, dans certains cas, des opinions qui ne soient pas dictées par les régimes au pouvoir, par les Etats ayant, directement ou indirectement, la mainmise sur les médias.

Et puis que dire des sondages? Deviennent-ils, de leur coté, des médias à part entière ? Ils sont censés être partiels mais ils sont souvent pointés pour ne pas l’être. Quelles causes servent-ils et comment contribuent-ils à déformer la réalité? Nous y revenons dans le débat.

Comment les médias mainstream empêchent-ils les gens de réfléchir? La question des médias est-elle une question politique ? Si tel est le cas, comment échapper au pouvoir politique déguisé en pouvoir médiatique? Comment les médias mainstream servent-ils la politique et, si le rapport est à ce point clairement établi, comment les médias entravent-ils l’exercice de la démocratie, s’il est acté qu’atteinte est portée à un des droits fondamentaux, le droit à l’information impartiale? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

1 + un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.