logo-mini
extrémisme religieux

Que pensent les Marocains de l’extrémisme religieux ?


Partager

extrémisme religieux

Un sondage global sur la religion et la politique en Afrique du Nord, c’est-à-dire en Tunisie, au Maroc, en Algérie, en Libye et en Egypte, a été effectué par téléphone par l’institut tunisien Sigma en collaboration avec l’Observatoire arabe des religions et des libertés et la Fondation Konrad-Adenauer. Une enquête réalisée auprès d’un panel représentatif de 1000 personnes majeurs, dans chaque pays.

Il en ressort dans les grandes lignes que les personnes interrogées, sont quasiment toutes unanimes, de Rabat au Caire, pour dire que l’Islam est très important dans leur vie. Lorsqu’on leur demande s’ils se sentent d’abord citoyens de leur pays, ou plutôt musulmans ou arabes, tous les sondés répondent qu’ils se sentent prioritairement musulmans (Libye 63.2 %, Algérie 58.5 %, Égypte 55.3 %, Maroc 52.8 %), sauf en Tunisie où l’appartenance nationale prime pour 53.2 % des personnes interrogées.

Sur la pratique de la religion, ils sont plus de 90% à penser que c’est très important ou plutôt important, la Tunisie, une fois encore, restant le pays le moins pratiquant.

La majorité des personnes sondées est aussi pour une séparation de la politique et de la religion, en Tunisie à hauteur de près de 73%, pour le Maroc, près de 55%.

Lorsque l’on demande ce que signifie « extrémisme religieux », les réponses les plus courantes sont « une mauvaise interprétation de la religion », « une calomnie contre l’Islam » et « une organisation terroriste ». Pour les sondés, les principales causes de ce phénomène sont : la mauvaise interprétation de l’Islam, le chômage/la pauvreté, l’inconscience, l’ignorance et l’argent. L’occident est désigné comme principal « responsable » de l’extrémisme religieux.

Pour plus d’un Marocain sur trois, le principal responsable de la montée de l’extrémisme est l’Occident. Pour 7,6% des sondés, ce sont les partis islamistes, pour 7,4% les associations, pour 6,8% le wahhabisme, pour 4,2% le parti au pouvoir, et pour 1,4% les écoles coraniques.

Le niveau d’inquiétude de l’extrémisme religieux n’est pas le même dans les cinq pays. Ainsi, il inquiète beaucoup plus les Tunisiens que les Algériens ou les Marocains (79.6 % des Tunisiens, 64.8 % des Libyens, 40.1 % des Égyptiens, 36.1 % des Algériens et seulement 25.9 % des Marocains).

Des Marocains qui associent en grande majorité le mot Daech, au terrorisme, au meurtre et massacre et à la barbarie. Mais surprise, 0.5% ont une bonne perception de Daech et ils sont même 1% des Marocains interrogés à soutenir leurs pratiques.

Enfin, sur le volet de la radicalisation, les Marocains estiment qu’elle se fait surtout sur Internet  mais aussi dans les mosquées, les cafés ainsi que les associations.


Poster un Commentaire

seize − 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.