logo-mini
Libres

Médias Libres et Démocratie


Partager

Libres

En voilà un débat vieux comme le temps ! Celui de la démocratie et de la liberté des médias. Un débat vieux, il est vrai, mais un débat toujours actuel puisque présenté comme un indicateur de démocratie dans les pays.

Dans ce sens, Reporters Sans Frontières, suit la tendance annuellement et dévoile chaque année un classement mondial de la liberté de la presse. Et à l’heure de la multiplication des chaînes d’informations, des émissions de débats et des grands reportages d’investigations, si vous pensez que cette multitude de moyens d’expression est révélatrice d’une évolution de la liberté de la presse et des médias, et bien le dernier classement de RSF viendra vous détromper. L’enquête révèle, en effet, un climat de peur et des grandes tensions dans le milieu, associés à une plus grande emprise des Etats et des intérêts privés sur les rédactions.

Les médias sont ainsi, toujours selon l’indice de RSF, plus libres en Europe, peu libres en Afrique et très peu libres en Asie et en Europe de l’Est, alors que notre région, Afrique du Nord/Moyen Orient est présentée comme étant la région du monde où les journalistes sont les plus soumis à des contraintes de toutes sortes. Mais que vaut le classement de RSF et jusqu’à quel point reflète-t-il la réalité sur le terrain ? C’est, en partie seulement, le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi.

Mais notre débat porte aussi, et surtout, que le rapport des médias à la démocratie et inversement. Il existe aujourd’hui, et depuis un certain nombre d’années, un vrai débat sur la question de savoir si les médias sont indispensables à la démocratie ou s’ils sont, au contraire, un danger pour celle-ci. Un danger par la manipulation, la sélectivité et la déformation de l’information. La question se pose avec beaucoup plus d’acuité alors que beaucoup de médias à travers le monde ne cachent plus leur positionnement ainsi que des partis- pris politiques, jusqu’ici classés tabou par des médias défendant tant bien que mal leur neutralité.

Si les médias se sentent de plus en plus confortés et renforcés dans leur fonction d’institution du débat public, force est de constater que certains médias peuvent facilement mal user ou carrément abuser de ce pouvoir. Et ce qui va pour les médias dits classiques, va aussi pour les nouveaux médias ; internet et les réseaux sociaux, notamment.

Les médias sont-ils à juste titre le reflet de la démocratie dans les pays ? La souveraineté des peuples et la liberté des médias sont-elles forcément corrélatives ? Place au débat.


Poster un Commentaire

19 − quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.