logo-mini
Trump

Quand l’Amérique se « Trump »


Partager

Trump

Les invités : Reda Hamdoun, Responsable des infrastructures pour la Chine au sein de la Banque Mondiale, Khadija Janati Idrissi, Spécialiste des relations publiques et de la communication d’influence, Mehdi Bensaid, Ancien président de la commission des Affaires Etrangères, des Affaires Islamiques et des MRE au sein du Parlement et Murtada Calamy, Chroniqueur aux Matins Luxe

Donald Trump, Président des États-Unis. Ce qui a été de longs mois durant présenté comme étant le pire cauchemar des américains, n’en est décidément pas un, car les Américains ont choisi librement leur président et c’est bien lui.

Donald Trump y a cru du début jusqu’à la fin, et il a bien eu raison. Les médias et les sondages se sont trompés. Et le peuple américain a cela de grand, c’est qu’il vient toujours rappeler au monde que c’est bien lui qui décide de son sort. Le peuple américain a aussi cela de très particulier, c’est que l’on ne comprend que très rarement ses critères de vote. Beaucoup de femmes américaines avaient, par exemple, avoué avoir voté pour Bill Clinton parce qu’il était beau. Les médias, les analystes et les sondeurs ont aussi par ailleurs cela de très constant, c’est qu’ils croient toujours détenir la vérité, ce qui n’est pas toujours faux. Sauf que c’est souvent faux quand il s’agit des priorités des américains. Car si les USA sont la priorité du monde, et bien l’inverse n’est pas souvent vrai.

Les États-Unis ont une priorité, ce sont les États-Unis. Les affaires intérieures, la santé des américains, le travail des américains, l’enseignement des américains, l’économie américaine. Demandez à un américain lambda le nom du président français, ou celui du premier ministre britannique et vous serez surpris de la réponse, ou plutôt de son absence. L’américain lambda, et les millions comme lui qui élisent leurs présidents ne s’intéressent que très peu à ce qu’il se passe en dehors de ses frontières.

Alors si Donald Trump est présenté comme un danger pour le monde, et bien les américains ne le verront pas forcément de cet œil, tant qu’ils ne saisiront pas en quoi Donald Trump est un danger pour les États-Unis. En ce sens, il n’y avait qu’à faire un tour des différentes chaînes d’informations cette nuit et jusqu’au petit matin, à mesure que les résultats tombaient en faveur du républicain Trump, pour comprendre la symbolique de Trump Président. Les visages décomposés des commentateurs des chaînes étrangères, tranchaient franchement avec la décontraction des commentateurs américains. Plus sereins.

Pour qui et pourquoi la présidence de Donald Trump sera-t-elle un danger? Nous en débattrons avec nos invités. Mais si le pourquoi du comment de la victoire, en soi, de Donald Trump se passe à présent de tout commentaire, puisque les jeux sont faits, alors à quoi bon… ce qui est, par contre extrêmement intéressant à analyser, et bien ce sont les réactions à cette élection et tous les enseignements qui s’en dégagent. Au Maroc, on crie à la catastrophe, à se demander si, finalement, le marocain n’a pas porté plus d’intérêt à l’élection présidentielle américaine qu’aux législatives marocaines. Mais que change réellement l’élection du nouveau président américain pour les intérêts stratégiques du Maroc? Poser la question en ces termes, suppose aussi de répondre à une autre question : Qu’ont apporté les deux mandats de présidence de Barack Obama aux intérêts stratégiques du Maroc ? Quant aux grands dossiers qui secouent le monde, le dossier palestinien et le dossier syrien, pour ne citer que ceux-là, la cruauté de la situation n’a pu avoir d’égal que l’indifférence des États-Unis. Pour les États-Unis, sous Obama, la reconnaissance d’un État Palestinien est, je cite, prématurée. Quant au massacre du peuple syrien, que retiendra-t-on d’autre que le bras de fer engagé en vain avec la Russie ? Pas grand-chose. Les syriens meurent toujours par milliers chaque semaine et Bachar Al Assad est toujours en poste. Sommes-nous choqués des déclarations de Trump au sujet des mexicains, des arabes, des noirs, des musulmans et des femmes? Mais qu’a fait Obama pour promouvoir leur cause ? Alors Donald Trump promet-il de faire mieux ou pire? Nous aurons le point de vue de nos invités. Il est aussi intéressant de constater à quel point le monde s’est décomplexé au sujet des sujets d’ordre raciste et sexiste. Au sujet de la vulgarité et de la grossièreté. Tout ceci ne choque plus vraiment, tout ceci ne fait plus peur réellement. On en demande même plus et encore. Il est également intéressant de constater, paradoxalement, ce déni des nouvelles aspirations des peuples. Le Brexit en Grande Bretagne, la montée en puissance des partis d’extrême droite en Europe, et aux États-Unis, la victoire de Donad Trump à la primaire Républicaine. Tous ces indices et bien d‘autres encore plus nombreux, disent que le monde a changé plus vite que la conception idyllique qu’on en a. Les extrêmes sont en train de l’emporter et nous refusons d’y croire. Il est, en fin, assez anecdotique de constater comment la défaite d’Hilary Clinton devient celle de toutes les femmes. Donald Trump président est-ce la dernière réalisation du président Barack Obama? Que deviendra le monde sous Donald Trump? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

18 − quatorze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.