logo-mini
danse thérapie

La danse thérapie


Partager

danse thérapie

Coup de projecteur sur l’une des disciplines les plus recommandées pour extérioriser ses angoisses et ses blocages : La danse thérapie. Basée sur la liberté du mouvement, cette danse ne repose ni sur des techniques, ni sur des codes… Ici, seules comptent : les émotions et l’expression de soi.

La danse thérapie rejoint en effet la danse moderne dès le 20ème siècle, prônant ainsi un nouveau rapport au corps, plus expressif et plus libéré. Un courant qui séduit peu à peu quelques danseurs dans le monde qui en font un outil thérapeutique pour soigner des personnes atteintes d’handicapes ou de maladies mentales…

Ainsi, la danse fait son entrée dans les institutions de soins. L’intérêt grandissant pour cette discipline est tel que des ouvrages lui sont consacrés, et de nombreuses formations continues, universitaires ou privées, sont mises en places pour former des professionnels de la santé à cette nouvelle forme d’expression.

À l’issue des recherches de l’hongrois Rudolf Laban, praticien et penseur majeur de la danse, l’expression de la personnalité et les composantes dynamiques du mouvement s’expriment l’un à travers l’autre et réciproquement.

Pour Fabienne Courmont, danseuse-chorégraphe, danse-thérapeute, créatrice de la danse de l’Etre… il est question de « Respirer, laisser le mouvement naître de l’intérieur, laisser l’énergie circuler le long de son corps, sentir la force de vie en soi, aller jusqu’au bout d’un geste, d’une émotion, voyager à l’intérieur et à l’extérieur de la peau, ralentir, ouvrir la porte du cœur, devenir qui nous sommes… ».

Pour la danseuse Isadora DUNCAN, Il est essentiel de « chercher dans la nature les formes les plus belles et de trouver le mouvement qui exprime l’âme de ces formes ». Fabienne Courmont explique que « par l’éveil des sens, nous développons une écoute subtile de nous et de ce qui nous entoure. Dans la lenteur et le micro mouvement, nous entrons en contact avec notre environnement, nous passons les frontières de l’ego, nous laissons émerger ce qui est en nous, sans apriori, ni jugement… ».

Dans la métamorphose de chaque geste, chacun réalise sa propre danse, transformant l’ombre en lumière, libérant alors sa mémoire cellulaire, et ouvrant la voie de la guérison.


Poster un Commentaire

dix + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.