logo-mini
philosophie

Islam et Philosophie : est-ce un couple compatible ?


Partager

philosophie

Les invités : Driss Ksikes, écrivain et directeur du CESEM, Adil Hadjami, professeur d’histoire de la philosophie et Murtada Calamy, écrivain – chroniqueur aux Matins Luxe

La question du rapport de la religion à la philosophie et inversement a, de tous temps, été posée même si, dans les faits, elle n’est pas toujours facile à poser. Car les deux, religion et philosophie, n’interpellent pas la raison de la même manière. Quand la religion a besoin de spiritualité, la philosophie a besoin que les esprits se soumettent à la raison et au questionnement de tout.

Pour, ne serait-ce que cette raison, mais bien certainement, pour beaucoup d’autres, religion et philosophie ont souvent été présentées comme étant deux opposés se livrant l’une à l’autre, des luttes intenses, parfois très violentes.

Les plus grands philosophes de ce monde sont souvent aussi allés dans le sens de cette opposition. Karl Marx, tout d’abord, qui estime que la religion est une drogue qui fait oublier au peuple ses soucis et le soulage mais qui ne l’aide pas à les résoudre. Friedrich Nietzsche, ensuite, pour qui la religion est, je cite, la négation de la vie car, dit-il, elle renie le corps et réprime tous les désirs et plaisirs charnels. Et puis, Sigmund Freud qui considère que la religion est une névrose, une forme de paranoïa qui consiste à déformer les aspects insupportables du monde. Et enfin, le philosophe Bertrand Russel qui a un avis très tranché sur la question ; la religion, affirme-t-il, fait du mal à la vérité et aux Hommes.

Mais à moins d’être très fortement et assez obsessionnellement engagé dans un camp ou dans l’autre, il pourrait paraitre pour le plus objectif des observateurs, qu’il y a bien plus de points communs aux deux que l’on ne voudrait bien le croire. En tout cas, au cœur de la religion, comme au cœur des questions philosophiques, se trouve l’homme et son rapport à la vie, à la nature et au monde. Son rapport au bien et au mal.

La religion n’est-elle pas, en soi, une invitation à la philosophie, laquelle pourrait être, inversement, une aide à la compréhension de la religion. D’où les notions de philosophie religieuse et de religion philosophique.

Mais cette idée de rapprochement possible et positif entre religion et philosophie n’est pas pour plaire à tout le monde. Car elle ferait que religion et philosophie se perdent l’une dans l’autre ou l’une en faveur, ou au détriment de l’autre.

Qu’en est-il en réalité ? Nous aurons le point de vue de nos invités sur la question.

Par ailleurs, les religions se valent-elles toutes dans leur rapport à la philosophie ?

L’Islam, plus particulièrement, permet-il la philosophie ? Et la philosophie, est-elle un frein à l’islam ou, au contraire, aide-t-elle à sa meilleure compréhension ?

C’est le débat que nous ouvrons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

4 − 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.