logo-mini
Al Hoceima

Hirak… comprendre le volet sombre des revendications identitaires ethno-culturelles


Partager

Al Hoceima

Cela fait plusieurs semaines, depuis la mort de Mohcine Fikri, que la ville d’Al Hoceima vit aux rythmes des protestations, parfois émaillées de violences. Après la visite il y a à peine quelques jours d’une importante délégation ministérielle, composée de 7 ministres et malgré les engagements pris pour accélérer les projets de développement de la région, celui que certains décrivent comme une des figures de la contestation sur place, Nasser Zefzafi, a brutalement interrompu un prêche dans une mosquée vendredi dernier.

Dans une vidéo devenue virale, on peut y voir et entendre Zefzafi menacé et proféré des insultes, en pleine mosquée, il a attaqué verbalement l’imam, les autorités et les médias télévisuels ; un discours par ailleurs teinté de radicalisme religieux. Enfin, à noter qu’en mars dernier, celui qui s’est autoproclamé meneur de la contestation, avait été mis en cause lors d’un match de football marqué là-encore par des violences qui avaient fait 14 blessés dont 3 graves.

Selon un communiqué (publié le 4 mars dernier) du groupe Ultras des Winners de l’équipe du Wydad, qui avait mobilisé des milliers de supporters durant ce match, les visiteurs étaient attendus à l’issue du match par des centaines de personnes, pour les attaquer et les empêcher de regagner la gare routière. Le groupe avait déjà en mars dernier directement accusé un dénommé Nasser Zefzafi, qui aurait été à l’origine de ces violences graves.


Poster un Commentaire

quatre × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.