logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 30 mars 2016


Partager

santé

Mission de formation au CHU de Marrakech dans le domaine des cardiopathies congénitales

Une équipe du National Children Hospital de Washington DC est au Maroc. Elle effectue jusqu’au 2 avril une mission de perfectionnement de la prise en charge des cardiopathies congénitales, à l’hôpital Mère et Enfant du CHU Mohammed VI de Marrakech.

Cette mission s’inscrit dans le cadre du projet de partenariat entre le CHU de Marrakech et l’institution américaine. Elle devrait aboutir sur la signature d’une convention de partenariat entre ces deux institutions.

L’objectif de ce projet, c’est la prise en charge d’enfants atteints de cardiopathies congénitales, la formation continue du corps médical et paramédical par l’actualisation des connaissances. Et ce dans toutes les disciplines ayant trait aux cardiopathies congénitales. On parle donc de cardiologie pédiatrique, de chirurgie cardiaque pédiatrique, d’anesthésie et de réanimation postopératoire des cardiopathies congénitales ou encore d’une formation spécifique en échocardiographie.

 

///////////////////

Ebola : L’OMS met fin à l’urgence internationale

Malgré une résurgence du virus en Guinée qui a fait cinq morts, « l’épidémie d’Ebola en Afrique occidentale ne représente plus une urgence de santé publique de portée internationale », a déclaré la directrice de l’OMS, Margaret Chan.

« Le risque d’une extension internationale est désormais faible et les pays ont actuellement la capacité de répondre rapidement à des résurgences du virus », a-t-elle ajouté. Elle a reconnu que la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia restaient vulnérables à de possibles épisodes de réapparition de la maladie, comme en Guinée où cinq personnes sont mortes depuis le 16 mars.

Elle a cependant souligné que la vigilance était cruciale pour répondre à de nouveaux cas. Pour rappel, l’OMS a été très critiquée pour avoir tardé à mobiliser les moyens nécessaires pour répondre à l’épidémie.

 

///////////////////

L’OMS qui rappelle la Chine à l’ordre après le scandale des vaccins

L’Organisation Mondiale de la Santé est finalement intervenue après le scandale médiatique et sanitaire qui frappe la Chine. Le gouvernement chinois a arrêté 130 personnes ce 24 mars. Elles sont accusées d’avoir stocké, transporté illégalement ou de manière inadéquate, et mis en vente au moins 20 000 doses de vaccins. Certaines étaient tout bonnement périmées.

Lors d’une conférence de presse, l’Agence sanitaire de l’ONU a demandé au pays de renforcer ses contrôles sur les vaccins vendus dans le secteur privé. « Les vaccins qui sont dans le secteur privé ont besoin d’être contrôlés, stockés, maniés et distribués conformément aux normes reconnues », a martelé Lancet Rodewald, spécialiste la vaccination à l’OMS. Le gouvernement chinois lui-même a reconnu des failles dans ce domaine.

L’Agence sanitaire de l’ONU compte également enquêter sur les conditions de distribution des vaccins dans le secteur public, bien que cette filière ne soit pas mise en cause.

Le spécialiste vaccination de l’OMS a néanmoins tenu à rassurer les familles : le non-respect des règles de vaccination n’augmente pas la toxicité des produits. Dans le pire des cas, les enfants ne seront pas protégés contre les maladies visées. Une nouvelle vaccination pourra être nécessaire.

Pour rappel, selon l’Agence Chine Nouvelle, les vaccins ont été vendus pour une valeur de 570 millions de yuans – soit environ 78 millions d’euros. À la tête de ce trafic, deux principaux suspects : une mère et sa fille, toutes deux originaires de la province du Shandong, à l’est de la chine.

Depuis 2010, elles auraient vendu 25 produits différents – dont des vaccins contre la polio, la rage, l’hépatite B ou la grippe. Les autorités ont aussi identifié 107 grossistes qui pourraient avoir fourni ces deux femmes, et 193 détaillants qui auraient été leurs clients.


Poster un Commentaire

dix-neuf + 19 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.