logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 23 novembre 2016


Partager

santé

Lancement officiel, hier, de la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein

Un lancement à l’occasion de la journée nationale de lutte contre le cancer, la campagne se poursuivra jusqu’au 11 décembre prochain, sous le signe « le dépistage précoce sauve des vies« . Elle vise la participation des femmes de plus de 40 ans.

À cette occasion, un Centre de détection précoce du cancer du sein et du col de l’utérus a été inauguré par la princesse Lalla Salma, avec 365 m2, la possibilité de 6 000 consultations par an pour le dépistage et le diagnostic précoce de ces cancers.

La construction et l’équipement de ce nouveau centre est le fruit d’un partenariat entre la Fondation Lalla Salma, le Ministère de la Santé et un mécène de la région. Une initiative dans le cadre de l’extension du programme de détection précoce des cancers du sein et du col utérin dans la région Fès-Meknès.

 

///////////////////

Grippe aviaire au Maroc : l’ONSSA se veut rassurant

Pas de panique. C’est, en clair, le message de  l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires, au sujet  des risques de propagation de la grippe aviaire, au Maroc. Rappelez-vous, l’Organisation Mondiale de la Santé Animale avait alerté sur un foyer de grippe aviaire « hautement pathogène en Algérie » notamment.

L’ONSSA assure avoir  pris un ensemble de mesures préventives pour éviter l’introduction de cette maladie au Maroc et affirme que l’état sanitaire du cheptel avicole est normal, la consommation de viande de volailles, des œufs de consommation et de tout produit alimentaire à base de viande de volailles ayant subi le contrôle vétérinaire ne présente aucun risque pour la santé.

Le suivi de l’état sanitaire des oiseaux migrateurs a également été renforcé. Aussi les oiseaux, produits et matériel avicole ont été interdits d’entrée sur le territoire.

 

///////////////////

La Corée du Sud et le Japon signent un accord de partage de renseignements sur les activités balistiques et nucléaires de la Corée du Nord

Signature aujourd’hui à Séoul d’un accord controversé d’échanges en matière de renseignement militaire : renseignements humains obtenus sur le terrain par la Corée du Sud, données fournies par les satellites, radars sophistiqués et autres navires déployés par le Japon. L’objectif est de mieux faire face à une menace nucléaire nord-coréenne jugée de plus en plus préoccupante. Cette année, la Corée du Nord a mené deux essais nucléaires et des douzaines de tirs de missiles, une accélération sans précédent. Séoul et Tokyo pourront ainsi échanger des informations précieuses sans passer par l’intermédiaire de leur allié commun, les États-Unis. Pourtant, cet accord ne passe pas auprès de l’opinion publique sud-coréenne. Celle-ci accuse Tokyo de refuser de reconnaître ses crimes de guerre et les atrocités commises pendant la période coloniale, entre 1910 et 1945. Ce même pacte militaire avait d’ailleurs failli être signé en 2012, avant que Séoul ne fasse machine arrière, une heure seulement avant sa signature.

 

///////////////////

Facebook élabore un outil de censure pour revenir en Chine

Le réseau social au milliard d’utilisateurs est interdit en Chine depuis sept ans… depuis les émeutes d’Urumqi en juillet 2009. Une situation qu’espère bien voir changer Marck Zuckerberg. Aussi, Facebook tente de convaincre la Chine d’accepter son retour dans le pays et pour se faire, le patron de ce réseau social  pourrait mettre en place un logiciel, qui supprime des thèmes de discussion des internautes, dans certaines parties du globe. C’est ce qu’affirme en tout cas le New York Times. En mars dernier, Mark Zuckerberg avait déjà rencontré le responsable de la propagande de Pékin. Mais à ce jour, rien ne dit que Facebook ait proposé ce logiciel aux autorités chinoises. C’est une voie de réflexion possible, mais il pourrait aussi très bien ne faire l’objet d’aucune application concrète.


Poster un Commentaire

quatorze − 9 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.