logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 2 novembre 2016


Partager

santé

Le CHU Ibn Sina de Rabat réalise une hémisphérotomie

C’est une 1ère dans le royaume. Une équipe de neurochirurgiens et de neurophysiologistes du CHU Ibn Sina de Rabat, vient de réaliser une hémisphérotomie. Une des techniques chirurgicales permettant de traiter l’épilepsie réfractaire.

Cette technique consiste à isoler les 2 hémisphères cérébraux l’un de l’autre. Elle se pratique habituellement chez de très jeunes enfants nés avec un des deux hémisphères mal formé ou détruit par un accident anténatal ou encore lors d’encéphalites chroniques. En isolant l’hémisphère malade de l’hémisphère sain, le chirurgien permet à ce dernier de prendre le relais et de refonctionner normalement au prix de séquelles moins lourdes que les crises persistantes.

Assistées par une équipe médicale indienne, les équipes marocaines ont sélectionné 2 patients, âgés de 19 et 20 ans. Ils ont été opérés les 25 et 26 octobre 2016. Des interventions qui se sont très bien passées. Les 2 patients ont pu rejoindre leur chambre d’hôpital, après un séjour de 3 jours en réanimation. Aucun n’a plus fait de crises d’épilepsie depuis l’intervention, précise le communiqué du CHU.

 

 

///////////////////

Vitamine D : les recommandations de la Société Marocaine de Rhumatologie

La Société marocaine de rhumatologie, la SMR, constate au préalable une carence ou une insuffisance particulièrement élevée de cette vitamine au Maroc, notamment chez les femmes. L’association évoque de 85 à 92% de femmes concernées.

Dans un communiqué paru hier, la SMR, spécialisée dans les maladies rhumatismales, invite à réduire les demandes de contrôle du dosage sanguin de cette vitamine. Elle recommande ainsi le dosage d’un indicateur biologique, indiquant les valeurs normales de la vitamine D dans le sang, dans toutes les situations à risque de maladie osseuse fragilisante, comme l’ostéoporose. Et ce, chez tous les patients ayant une fonction rénale ou intestinale altérée.

Pour rappel, la vitamine D provient en majorité de la synthèse cutanée sous l’effet des rayons Ultraviolets du soleil. Cette synthèse est influencée par de nombreux paramètres parmi lesquels la saison, la pigmentation cutanée, l’heure et la durée d’exposition, ou encore les habitudes vestimentaires. Cette vitamine joue un rôle fondamental dans la bonne santé de l’os mais également dans de nombreuses autres fonctions physiologiques de l’organisme. Pour autant, elle est actuellement suspectée d’être associée à un risque accru de maladies cardio-vasculaires, de cancers et à une mortalité plus élevée.

 

///////////////////

Cancer : une augmentation de 60% des décès chez la femme en 2030

En 2030, on estime que 5,5 millions de femmes dans le monde pourraient mourir des suites d’un cancer. Un chiffre en hausse de près de 60% par rapport à 2012, selon un rapport présenté au Congrès mondial du cancer réuni à Paris jusqu’au 3 novembre.

Les données montrent que des efforts importants doivent être réalisés en matière d’éducation et de prévention ; 2 facteurs essentiels pour endiguer le fléau grandissant du cancer, responsable de la mort de 3,5 millions de femmes en 2012.

Ce rapport pointe également les fragilités des pays en développement face à cette maladie. En cause, l’augmentation et le vieillissement de la population. Cette hausse est aussi attribuée à l’augmentation de la prévalence des facteurs de risque de cancer liés à la transition économique rapide. Parmi ces facteurs, l’inactivité physique, une mauvaise alimentation, l’obésité et des facteurs reproductifs, comme par exemple avoir un premier enfant à un âge tardif, un des facteurs de risque du cancer du sein.

Après les maladies cardiovasculaires, les cancers constituent la 2ème cause de décès chez les femmes dans le monde. Ils représentent 14% de l’ensemble des décès féminins en 2012.


Poster un Commentaire

cinq × 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.