logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 02 mars 2016


Partager

santé

Sécheresse : 50 000 quintaux d’orge mis à la disposition des agriculteurs d’Essaouira

Il s’agit bien évidemment d’orge subventionné, mis à la disposition des agriculteurs et éleveurs de la région durant l’actuelle campagne agricole. Une mesure qui entre dans le cadre du programme de lutte contre les impacts de la sécheresse.

La direction provinciale de l’agriculture d’Essaouira, la DPA, indique que l’orge est vendu 2 DH le kilo, à raison de 16 quintaux par bénéficiaire. Pour ce qui est des zones enclavées, le transport est assuré par la DPA. Cette dernière assure également une aide direct aux éleveurs de bovins, à hauteur de 200 DH par tête pendant 3 mois, avec un maximum de 5 bêtes concernées.

Par ailleurs, la Direction provinciale de l’agriculture d’Essaouira a fait savoir qu’elle avait aménagés les points d’eaux existants, et en aurait créés 2 de plus.

 

///////////////////

39ème congrès national de la société Marocaine d’endocrinologie, diabétologie et nutrition

La SMEDIAN pour faire court. Son congrès se tiendra à Rabat du 03 au 06 mars 2016, sous le thème « agissons contre le diabète ».

Cette 39ème  édition de formation médicale continue sur les maladies endocriniennes sera donc entièrement dédiée au diabète, indique le président du congrès, le Dr Hamdoun.

Un choix qui n’est pas anodin, explique le médecin qui rappelle que cette maladie touche aujourd’hui plus de 3 millions de Marocains. D’ici 2030 ils seront près de 4 millions. Plus globalement, le diabète sucré constitue selon le Dr Hamdoun, une épidémie mondiale en progression effrénée. Le nombre de diabétiques dans le monde atteint actuellement 380 millions et pourra augmenter à 600 millions en 2030, soit 10% de la population mondiale.

La SMEDIAN invite ainsi à œuvrer dès aujourd’hui pour lutter contre cette maladie, à grand renfort de prévention.

 

///////////////////

Bientôt un logiciel pour géolocaliser n’importe quelle photo

Oui et ce logiciel baptisé « Planet », c’est Google qui le développe, à travers un algorithme capable de géolocaliser n’importe quelle photo et de donner sa localisation avec précision. Mais le géant du Web se fait pour l’instant discret sur ce projet.

Ce qu’on sait avec certitude, c’est que Google a réuni des chercheurs du groupe, au sein d’une cellule mise en place en Allemagne. L’équipe en charge indique que Planet est pour l’instant capable de géo localiser le continent où la photo a été prise avec une précision de 48% ; on passe à 28,4% pour géolocaliser le pays ; à 10,1% pour trouver la ville et à 3,6% pour déterminer le nom de la rue où le cliché a été réalisé. Les chercheurs indiquent pour l’heure n’en être qu’au stade initial du développement de ce logiciel.

Ces pourcentages sont encore faibles, mais sont tout de même 50% plus précis que ce qu’un être humain serait capable de reconnaître. Pour arriver à ces résultats, l’algorithme analyse les photos et quadrille le globe en 26 000 petits carrés, qu’il compare à une base de données Internet. Des millions de photos ont été introduites au sein de cette base de données, avec une géolocalisation certaine, en provenance de sites Internet tels que Flickr. L’algorithme utilise le machine learning et peut donc apprendre au fur et à mesure qu’il est utilisé, afin d’augmenter son taux de reconnaissance.

 

///////////////////

3 astronautes de retour après un séjour record dans l’espace

Trois astronautes américains et russes de la Station spatiale internationale, ISS, sont revenus avec succès sur Terre très tôt ce matin. 2 d’entre eux, le Russe Mikhaïl Kornienko et l’Américain Scott Kelly, ont passé près d’un an en orbite pour mener des expériences en vue de futurs missions habitées sur Mars.

Le Russe Sergueï Volkov, qui a décollé pour l’ISS le 15 décembre 2015, aura, lui, passé 182 jours en orbite. Comme prévu, la capsule Soyouz, transportant les trois hommes s’est posée dans les steppes du centre du Kazakhstan. Mikhaïl Kornienko, 55 ans, et Scott Kelly, 52 ans, étaient arrivés sur l’ISS le 27 mars 2015. Au total, ils sont restés quasiment un an à bord de l’ISS. C’est la plus longue période ininterrompue passée dans la station depuis que celle-ci est capable d’accueillir des passagers.

Pendant leur séjour dans la station, les 2 hommes ont été soumis régulièrement à des examens médicaux, ainsi qu’à une batterie de tests et d’analyses. L’objectif : étudier les effets à long terme de la microgravité sur l’organisme humain. Des échantillons de fluides corporels ont été prélevés avant leur départ pour l’espace, puis régulièrement durant la mission, et continueront à être recueillis pendant plus d’un an après leur retour sur Terre. Autant de données qui devraient fournir des points de comparaison précis et utiles, sur les effets physiologique du voyage de longue durée dans l’espace.


Poster un Commentaire

14 − 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.