logo-mini

Actualité sciences et santé du 29 décembre 2015


Partager

Génétique : découverte de l’origine de l’hémochromatose

Une équipe de recherche rassemblant les deux parties de l’île verte ‒ la République d’Irlande et l’Irlande du Nord ‒ a analysé le génome d’hommes primitifs. Les travaux, publiés dans la revue de l’Académie américaine des sciences, démontrent de manière irréfutable l’immigration de masse qui a y eu lieu. Mais surtout, ils remettent en cause l’idée selon laquelle une mutation à l’origine de l’hémochromatose serait d’origine celte. L’hémochromatose, c’est une maladie génétique qui se traduit par un excès de fer dans l’organisme.

4 hommes primitifs irlandais ont servi de base à ces travaux. La première était une cultivatrice qui a vécu il y a 5200 ans. Les 3 autres vivaient plus au sud, il y a environ 4 000 ans. Le séquençage de leur génome a permis d’élucider le mystère de la génétique irlandaise – qui croise de nombreuses branches européennes et présente de nombreuses variantes codant la tolérance au lactose, le chromosome Y de l’Europe occidentale ou encore l’hémochromatose.

 

///////////////////

 

Dans ce dernier cas, la mutation est très fréquente chez les Irlandais.

Effectivement Sara. À tel point que la mutation qui la cause est souvent considérée comme une maladie celtique. Or, il n’en est rien. Selon cette étude cette mutation génétique ne survient que plus tard, chez les hommes de l’Âge de Bronze.

Un tiers de leurs ancêtres viennent de la Steppe Pontique, au nord de la mer Noire. Ces hommes-là possèdent les allèles qui codent les yeux bleus que l’on connaît aujourd’hui au peuple irlandais… et la variante à l’origine de l’hémochromatose. La maladie aurait donc été importée.

« Une grande vague de modifications de génomes s’est produite et a balayé l’Europe depuis le nord de la mer Noire jusqu’à l’Europe de l’Âge de Bronze, et nous savons maintenant qu’elle s’est déployée jusqu’aux rives de ses îles les plus occidentales » explique Dan Bradley, co-auteur de cette étude.

Ce degré de modification génétique fait naître la possibilité d’autres modifications associées, peut-être même de l’introduction de langues ancestrales desquelles naîtront les langues celtiques occidentales.

 

///////////////////

Les accros aux jeux vidéo seraient plus réactifs mais distraits

Une équipe de chercheurs américains vient de publier les résultats d’une étude qui compare le cerveau de jeunes joueurs accros aux jeux vidéo à celui des joueurs plus raisonnables. Cette étude a été menée sur 186 garçons de 10 à 19 ans en Corée du sud.

Résultat : le cerveau des joueurs accros possèdent des connexions que les autres joueurs n’ont pas. Les scientifiques ont observé chez les 1ers  cités, une hyper connexion neuronale entre certaines zones de leur cerveau. Cette hyper connexion a des effets positifs et négatifs. Ainsi les joueurs invétérés se montreraient plus réactifs dans certaines situations, face au danger notamment mais en contrepartie ils auraient plus de difficulté à se concentrer et pourraient être victimes de pulsions difficilement contrôlables.

Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont fait passer une IRM à 106 garçons de 10 à 19 ans. Ils les ont ensuite comparés à celles de 80 joueurs ne présentant pas de trouble particulier. Une fois les IRM des 2 groupes analysées, les scientifiques ont découvert une connexion très forte entre le carrefour temporo-pariétal et le cortex préfrontal, 2 zones qui favoriseraient la distraction.

Un mystère reste cependant à élucider : est-ce le jeu vidéo qui modifie les connexions neuronales ou bien est-ce cette différence dans les connexions qui rend ces jeunes accros aux jeux vidéo ? La recherche continue…

 

///////////////////

Pollution : l’Italie met en place des mesures exceptionnelles

Plusieurs grandes villes italiennes ont limité la circulation automobile cette semaine pour lutter contre un épisode exceptionnel de pollution aux particules fines. Un phénomène qui s’est aggravé ces derniers jours en raison de l’absence de pluies.

À Milan et Pavie dans le nord du pays, la circulation était interdite jusqu’à mercredi de 10 h à 16 h. Des horaires qui n’empêchent pas ceux qui travaillent de prendre leur voiture mais vise surtout à dissuader les autres.

À Rome, pour la 3e fois depuis début décembre, la circulation est interdite de 7h30 à 12h30 et de 16h30 à 20 h 30 aux voitures ayant une plaque impaire lundi, et paire mardi. Une mesure similaire est en place à Bergame dans le nord.

Plus au Sud, à Naples, seuls les véhicules aux normes européennes d’émission peuvent circuler cette semaine. Et la plupart de ces villes ont instauré un ticket journalier à 1,50 euro afin d’inciter les usagers à emprunter les transports publics.

Parallèlement, de nombreuses municipalités ont limité à 18°C le chauffage dans les bureaux et les habitations. La pollution aux particules fines dépasse largement, dans de nombreuses zones d’Italie, le niveau d’alerte de 50 mg/m3 recommandé par l’OMS. Ce niveau a atteint 102 mg/m3 mi-décembre à Milan, qui vivait lundi son 97ème jour de l’année au-dessus de la limite.

 

///////////////////

En bref, éruptions spectaculaires au Mexique

Il s’agit de nouvelles éruptions du volcan Colima, dans le sud-ouest du Mexique. Des colonnes de fumée se sont élevées à plus de 2 000 kilomètres d’altitude. Le pays compte plus de 3 000 volcans mais seuls 14 d’entre eux sont actifs. Colima est situé sur le cercle de feu du Pacifique.


Poster un Commentaire

seize − neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.