logo-mini

Actualité sciences et santé du 28 octobre 2015


Partager

Service médical obligatoire : le gouvernement prend de nouvelles mesures

Des mesures annoncées à l’issue d’une réunion avec les représentants des étudiants en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire, et des médecins internes et résidents.

Ces mesures concernent l’augmentation des indemnités des missions pour les étudiants ; la célérité de règlement des indemnités pour la garde et les services obligatoires ; la célérité également dans la mise en application de ce qui a été conclu lors des réunions avec les représentants des étudiants ; et enfin la création d’une commission conjointe de suivi, constituée des représentants des deux parties.

Concernant les questions toujours en suspens sur la liste des doléances des étudiants, le communiqué précise que le dialogue reste ouvert.

 

///////////////////

Santé en milieu carcéral : les initiatives d’El Houssaine Louardi

Le ministre de la santé a affirmé que plus 42.000 détenus auraient bénéficié de consultations médicales dans les structures sanitaires du ministère de la Santé. 1.500 ont été admis pour hospitalisation dans les hôpitaux publics et 400 autres ont subi des interventions chirurgicales au cours de l’année 2014.

Dans le cadre de la prévention contre les maladies épidémiques et endémiques en milieu carcéral, le ministère organise régulièrement des campagnes de vaccination contre la méningite au niveau des prisons. Des campagnes qui auraient bénéficié à plus de 4.000 détenus l’an dernier, affirme le ministre. Ce dernier s’est exprimé sur la question lundi à Rabat, à l’ouverture d’un colloque national sur le thème, justement, de la santé dans les prisons.

Par ailleurs, compte tenu de la prévalence élevée de l’infection au VIH en milieu carcéral ‒ elle oscille entre 0,3 et 2,5% ‒ un budget de 3 millions de dirhams a été alloué au cours de ces 4 dernières années dans le cadre de la lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles. Le ministre de la santé annonce ainsi qu’une enveloppe budgétaire supplémentaire de 2.5 millions de DH est mobilisée pour la période 2015-2017.

El Houssaine Louardi précise que son département assure l’accès gratuit à la trithérapie au profit de tous les détenus porteurs du VIH.

 

///////////////////

Grand déballage Hi-tech en Egypte pour percer le secret des pyramides

Drones, infrarouge et particules cosmiques… Autant de technologies de pointe pour résoudre des mystères vieux de plus de 4 000 ans. Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh Al-Damati a annoncé dimanche le lancement de Scan Pyramids, une mission scientifique internationale. Cette mission dispose d’un budget d’un peu moins d’un million d’euros pour en savoir plus sur 4 pyramides, grâce à des procédés qui ne laisseront aucune trace sur ces précieux trésors archéologiques.

L’Égypte a chargé un institut français, Héritage, Innovation, Préservation Institut, le HIP, de coordonner avec la Faculté du Caire cette mission d’un an. Elle concerne deux pyramides du site de Dahchour : la rhomboïdale et la pyramide rouge. Ainsi que deux autres du site de Gizeh, en l’occurrence les pyramides de Khéops et de Képhren.

Dans un 1er temps, les scientifiques vont braquer des caméras à infrarouge sur les parois des pyramides début novembre. Elles permettront de relever l’empreinte thermique derrière les murs. Une manière de chercher, notamment, de zones vides ou moins denses proches de la surface, et qui pourraient indiquer la présence de pièces inconnues jusqu’à présent.

Ensuite, les scientifiques vont chercher à capter des muons, c’est-à-dire des particules cosmiques présentes naturellement dans l’atmosphère et qui traversent la matière. Plus cette dernière est dense, moins elle laisse passer de muons.

S’il y des variations du nombre de muons captés à l’intérieur de Khéops ou dans la pyramide rouge, par exemple, il y a des chances que derrière les murs ou les parois, se trouve une anomalie, comme une salle cachée ou une structure jusqu’alors inconnue.

Toutes les données sont ensuite intégrées dans des représentations en 3D les plus fidèles possibles de ces quatre pyramides. Des représentations réalisées pour l’occasion par des drones armés de capteurs photographiques.

Le gouvernement égyptien semble particulièrement emballé par ce déploiement de technologie au service de l’archéologie. Il a déjà demandé à ses ingénieurs d’en faire plus. Les mêmes procédés utilisés sur les pyramides vont aussi été appliqués à la tombe de Toutankhamon.


Poster un Commentaire

dix-sept − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.