logo-mini

Actualité sciences et santé du 26 octobre 2015


Partager

Grossesse : prendre trop de poids augmente le risque d’obésité à long terme

Une étude américaine parue dans l’American Journal of Clinical Nutrition montre que 7 ans après l’accouchement, 38 % des mères sont touchées par une obésité.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs de l’université de Columbia ont étudié les cas de 302 femmes recrutées pendant leur grossesse. Ils ont scrupuleusement évalué le poids de ces volontaires aux différents trimestres, puis pendant sept ans après l’accouchement. Au début de l’étude, 20 % d’entre elles étaient en surpoids et 22 % d’entre elles étaient obèses.

Mais ce sont les femmes de poids normal, ou celles présentant un IMC, un Indice de Masse Corporel trop faible, qui sont les plus frappées par les effets du surpoids développé pendant la grossesse.

En effet, pour une mère dont l’IMC était de 22 au début de l’étude, une prise de poids excessive est associée à une hausse de la graisse corporelle de 3 % et à 5 kg en plus sur la balance en moyenne. Les femmes déjà en surpoids ou obèses, elles, ne présentaient pas de différences significatives.

L’étude révèle une statistique inquiétante : 64 % des femmes enceintes prennent plus de poids que nécessaire. Sept ans plus tard, 38 % présentent une obésité. Le risque est multiplié par 4, si elles ont trop grossi pendant la gestation de leur enfant.

 

///////////////////

Le fromage aurait des propriétés addictives, selon les scientifiques

Des scientifiques américains révèlent que l’addiction au fromage et à certains aliments gras s’explique notamment par la production d’une protéine: la caséine.

Cette protéine, libérée durant la digestion par les produits laitiers, a été mise en exergue par des scientifiques américains de l’université du Michigan. Leur étude tentait de déterminer pourquoi certains aliments provoquent une addiction. Pour cela, ils ont analysé les habitudes alimentaires de 504 personnes, dont 120 étudiants.

Ils ont ainsi déterminé que la caséine, contenue dans le fromage et dans d’autres produits laitiers, entraîne sur l’organisme un effet comparable à celui de certaines drogues, en libérant des opiacés : les caso-morphines.

Celles-ci ont des propriétés analgésiques et apaisantes, et stimulent des récepteurs qui sont également sensibles à la morphine et à l’héroïne dans les membranes des cellules intestinales.

 

 

///////////////////

Une mission spatiale pour dévoiler les secrets de Jupiter

La mission JUICE, qui va explorer le système satellitaire de Jupiter, commencera en 2022. La mission de l’Agence spatiale européenne, JUICE fournira l‘étude la plus complète de cette planète géante, et, en particulier, de ses lunes, censées cacher des zones habitables sous leurs croûtes glacières.

Jupiter est plus de onze fois plus grosse que la Terre, mais elle est essentiellement composée de gaz. Mais ce qui est particulièrement intriguant pour les astronomes, c’est la spécificité du système satellitaire de Jupiter, et les vastes océans d’eau liquide qui se trouveraient sous la surface de la lune.

D’après l’équipe du projet JUICE, comprendre le système jovien et son histoire nous permettra de mieux cerner comment les planètes géantes et leurs satellites se sont formés, et ont évolué.

Pendant ces trois ans et demi de mission, JUICE va tourner autour de la planète géante. Il va étudier son atmosphère, et celle de trois de ses satellites.

En attendant la visite de Juice en 2022, la sonde Juno de la Nasa devrait entrer dans l’orbite de Jupiter dès l’an prochain, avec pour objectif d’explorer la lune Europe.

 

///////////////////

Pompéi : nouvelles révélations sur la mort des victimes du Vésuve

Tout le monde connaît les moulages de plâtre qui ont permis de fixer les derniers instants des habitants de Pompéi. Une idée géniale de Giuseppe Fiorelli, qui au 19e siècle a fait couler du plâtre dans les cavités laissées sous la cendre par les cadavres des malheureux habitants. Un plâtre qui a aussi noyé leurs os rendant ainsi difficile leur étude.

Sauf que désormais une nouvelle génération de scanner permet de faire la différence entre le plâtre et le squelette. Et ainsi de révéler de nouvelles informations sur des Pompéins morts en l’an 79 de notre ère.

« La façon dont ces personnes sont mortes a suscité une controverse, on en a plus de mille sur le site de Pompéï » indique Massimo Osanna, le super intendant de Pompéi. « À partir des analyses effectuées sur les os, nous avons découvert de nombreux crânes brisés, ajoute-t-il. Cela nous laisse à penser que beaucoup sont morts parce que les toits se sont effondrés sous le poids de la pierre ponce. Des pierres très légères mais qui s‘étaient accumulées sur deux mètres d‘épaisseur » précise le scientifique.

Les archéologues espèrent pouvoir récolter d’autres détails sur les habitants. Plus de 80 cadavres supplémentaires d’hommes de femmes mais aussi d’animaux doivent bientôt être analysés.


Poster un Commentaire

deux × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.