logo-mini

Actualité sciences et santé du 22 janvier 2016


Partager

Amendements du code de la mutualité : le syndicat national des chirurgiens-dentistes s’insurge

Le syndicat national des chirurgiens-dentistes a exprimé son rejet de ce qu’il appelle de graves amendements au projet de loi 109-12 portant code de la mutualité.

Dans un communiqué, le syndicat dénonce je cite : « de graves atteintes aux orientations générales du pays dans le domaine de la santé et une violation des principes fondateurs de la loi 65-00, notamment le principe de séparation entre le système de l’assurance maladie obligatoire et la gestion des établissements prestataires de soins ».

D’après le syndicat, les amendements apportés ébranlent profondément la liberté du patient de choisir son médecin traitant. Ce qui représente selon lui une atteinte aux intérêts des assurés et des médecins.

Le communiqué dénonce également l’absence d’une approche participative de la part du gouvernement, pour élaborer ces amendements.

 

///////////////////

Recrudescence de cas mortels de grippe porcine en Europe

Les autorités sanitaires minimisent les craintes d’une nouvelle épidémie. Pourtant, le virus H1N1 de la grippe porcine a déjà tué plus d’une vingtaine de personnes en Europe. 18 décès ont été recensés en Arménie ces 2 derniers mois et 3 dans l’ouest de la Géorgie depuis le début de l’année. Dans ces 2 pays, les médecins affirment que les patients ont été pris en charge trop tard et qu’ils sont morts à la suite de complications.

L’Ukraine lutte également contre une épidémie de grippe porcine. Au moins 51 personnes sont mortes après avoir contracté le virus. Selon les autorités ukrainiennes, la situation est plus préoccupante dans l’est du pays, dans les régions sous contrôle pro-russe, là où il est difficile d’acheminer des médicaments. Par mesure de précaution et pour éviter une propagation du virus, les écoles sont fermées depuis le 16 janvier.

Également inquiètes, les autorités russes. Elles rapportent 17 morts depuis le début de l’hiver et assurent que le virus semble gagner du terrain dans le pays. Au total, 313 personnes ont été hospitalisées à Saint-Pétersbourg, la 2ème ville de Russie. 120 cas ont par ailleurs été signalés dans la région de Rostov-sur-le-Don au Sud. Et dans la région voisine du Daghestan, 4 adultes et 1 enfant ont succombé au virus. Les médecins sont unanimes : le nombre de personnes infectées par la grippe porcine devrait inévitablement croître le mois prochain.

 

///////////////////

D’autres pays ailleurs dans le monde sont également touchés

Téhéran a annoncé que la grippe porcine avait déjà tué 112 personnes. Plus d’un millier ont été hospitalisées ces deux derniers mois. La plupart des victimes étaient originaires d’une région voisine du Pakistan, mais le virus devrait se propager dans les provinces de Téhéran et de l’ouest du pays, frontalières avec la Turquie et l’Irak, selon le ministère iranien de la Santé. C’est la 1ère fois en tout cas que le virus H1N1 touche l’Iran de façon si importante.

En Inde, le département de la santé a, lui, recommandé l’utilisation de masques dans les lieux bondés après l’annonce de 12 décès liés à la grippe porcine depuis le début de l’année. La majorité des cas ont été signalés à Jaipur. Des mesures particulières de prévention et de traitement ont donc été mises place dans l‘État indien du Rajasthan. Plus de 450 personnes ont été soumises à des tests. 55 se sont révélés positifs.

 

///////////////////

Archéologie : découverte au Kenya d’un champ de bataille vieux de 10 000 ans

Des chercheurs de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni ont découvert au Kenya un ensemble de squelettes portant des traces de blessures mortelles. Une trouvaille qui laisse supposer un massacre de masse il y a 10.000 ans, lorsque l’homme préhistorique n’était pas encore sédentaire.

Ces restes humains témoignent du meurtre intentionnel d’un petit groupe de personnes en quête de nourriture. Ils apportent la preuve unique d’un événement guerrier parmi des chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire, soulignent les scientifiques dans une étude publiée mercredi dans la revue britannique Nature.

L’équipe a découvert les restes d’au moins 27 personnes – hommes, femmes et enfants -, sur le site semi-désertique de Nataruk, près du dans la vallée du Rift. 4 d’entre eux ont des blessures qui semblent avoir été provoquées par des projectiles, sans doute des flèches. 4 autres ont des traces de coups sur le crâne – l’un d’eux ayant une lame d’obsidienne fichée dans la tête. Cette roche volcanique était utilisée pour la fabrication d’armes et d’outils tranchants pendant la Préhistoire.

Pour les archéologues, les ossements de Nataruk apportent la preuve qu’il y a eu un conflit entre 2 groupes, avant que les sociétés ne se sédentarisent et qu’il n’y ait des villages et des cimetières.


Poster un Commentaire

14 − treize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.