logo-mini

Actualité sciences et santé du 19 octobre 2015


Partager

330 millions de dirhams pour des projets de santé dans la province d’El Houceima

Et ce, durant la période 2015-2019, a annoncé le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi ce samedi à Tétouan.

Cette enveloppe de 330 millions de dirhams sera consacrée à la construction et à l’équipement des établissements de santé dans la Province d’El Houceima, a précisé le ministre.

Ce dernier prévoit la construction et l’équipement d’un nouvel hôpital provincial et de cinq Centres de santé. Il prévoit également l’équipement d’un centre d’oncologie en matériel biomédical, ainsi que la rénovation et l’équipement de plusieurs établissements de santé dans la province.

 

 

///////////////////

La récolte de certains coquillages dans la région d’El Jadida interdite

La récolte et la commercialisation des mollusques bivalves, issus de la zone conchylicole classée de Sidi Daoud, sont interdites. En cause : la présence de toxines marines dans le coquillage, à des teneurs anormales, a annoncé le département de la Pêche maritime.

« Les résultats d’analyses effectuées par l’Institut National de Recherche Halieutique […] dénotent la présence de toxines marines dans les coquillages à des teneurs anormales », indique le département de la Pêche maritime dans un communiqué paru samedi.

Le Ministère a donc décidé d’interdire la récolte et la commercialisation de ces mollusques, et ce jusqu’à épuration totale du milieu. Il recommande aux consommateurs de ne s’approvisionner qu’en produits conditionnés, portant les étiquettes sanitaires d’identification et commercialisés dans les points de vente autorisés. Le communiqué rappelle par ailleurs que les coquillages colportés ou vendus en vrac ne présentent aucune garantie de salubrité, et constituent un danger pour la santé publique.

 

///////////////////

Les pédiatres américains recommandent de limiter l’exposition des enfants aux écrans

Tout est parti d’un constat sans appel de l’académie américaine de pédiatrie : « Plus de 30 % des enfants américains jouent sur un appareil mobile, alors même qu’ils portent encore des couches ». « Et Près de 75 % des 13-17 ans ont un smartphone, 24 % d’entre eux admettant l’utiliser constamment ».

Face à cette situation, des règles simples peuvent permettre aux parents de faire en sorte que l’exposition de leurs enfants aux écrans ne nuise ni à leur santé ni à leur développement.

L’académie conseille ainsi aux parents de limiter le temps passé devant l’écran, notamment en regardant la télévision avec eux mais également en les sensibilisant aux médias non-électroniques comme, par exemple, les journaux ou les livres.

Par ailleurs, l’association préconise aux parents de mettre en place, à la maison, des zones où les outils technologiques seraient bannis, en particulier dans les chambres des enfants.

 

///////////////////

Compléments alimentaires : le risque de surdose existe

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies et l’Agence alimentaire américaine des aliments et des médicaments, la FDA, ont tiré la sonnette d’alarme. Chaque année, aux États-Unis, 23 000 personnes sont hospitalisées pour des douleurs thoraciques ou des troubles cardiaques, survenus suite à une surdose de compléments alimentaires.

Dans une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, ces institutions ont recensé les admissions aux urgences de 63 hôpitaux américains. La plupart des patients étudiés avaient entre 20 et 34 ans. Les gélules les plus souvent mises en cause sont celles élaborées à base de plantes pour perdre du poids ou lutter contre la fatigue. Celles-ci sont responsables de 70 % des hospitalisations aux Etats-Unis.

En France, 1 adulte sur 5 et 1 enfant sur 10 en consomme régulièrement. La vente de compléments alimentaires est soumise à la réglementation européenne. Mais dans la loi, ces compléments ne sont pas considérés comme des médicaments, mais comme des aliments. Par conséquent, ils ne subissent pas les mêmes tests toxicologiques ! En 2014, en France, un rapport avait ainsi recensé 1500 cas annuels d’effets indésirables liés à ces compléments alimentaires. Parmi lesquels des troubles hépatiques, gastroentérologiques, ou encore des allergies.


Poster un Commentaire

18 − treize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.