logo-mini
sciences

Actualité sciences et santé du 12 février 2016


Partager

sciences

Le Maroc développe un nouveau modèle d’assurance agricole

L’information émane du 360.ma. D’après le site d’information, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime s’apprêterait à concevoir une offre d’assurance paramétrique, qu’il prévoit de tester auprès d’un échantillon d’agriculteurs.

Ce chantier, poursuit l’article, entre dans le cadre d’un vaste programme mené avec le soutien de l’Agence française pour le développement. Un programme prévoit de définir des modèles de gestion efficace des risques climatiques.

Selon le ministère, il s’agit de tester la faisabilité d’une assurance du risque de sécheresse à partir d’une méthode paramétrique qui viendrait en complément ou en substitution des dispositifs existants.

Ce projet vise à élaborer une meilleure stratégie pour la gestion des risques agricoles, suivant de nouveaux modèles adaptés aux différents risques liés à l’agriculture, autres que celui proposé par la Mamda.

 

///////////////////

Début de preuve scientifique établissant un lien entre virus Zika et microcéphalie

Disons que le soupçon se confirme Sara. Le virus Zika, contracté par des femmes enceintes, pourrait affecter le fœtus, et être à l’origine des malformations de la boite crânienne de certains nouveau-nés.

A l’issue de 3 mois de travaux sur l’autopsie du fœtus d’une femme rentrée justement du Brésil et porteuse du virus Zika, des chercheurs slovènes ont pu déceler la présence du virus dans le cerveau de ce fœtus. Leurs résultats, ont été publiés hier dans la revue américaine New England Journal of medecine.

Si les dommages créés par Zika pourraient avoir arrêté le développement du cortex cérébral à 20 semaines, le mécanisme impliqué ici n’est toutefois, pas encore très clair, précisent les chercheurs. Depuis 2015, 1.5 million de personnes ont été contaminées par l‘épidémie de Zika au Brésil, qui dénombre également 400 cas de microcéphalie.

 

///////////////////

Preuve de l’existence des ondes gravitationnelles

C’est une découverte historique, qui aura nécessité 50 ans d’efforts. Pour la 1ère fois, des chercheurs ont détecté des ondes gravitationnelles, une déformation de l’espace-temps qui se produit au passage d’un objet de grande masse. Cette découverte confirme la prédiction faite il y a un siècle par Albert Einstein dans sa théorie de la relativité générale.

C’est en septembre dernier à l’observatoire américain Ligo qu’ont été détectées ces ondes gravitationnelles. Un rayon laser est envoyé dans un bras long de 4 kilomètres à l’extrémité duquel se trouve un miroir qui renvoie le faisceau.

Pour les physiciens de l’observatoire, le moment est tout simplement extraordinaire. Ces ondes gravitationnelles ont été produites par la collision entre 2 trous noirs, qui ont fusionné il y a environ 1 milliard 300 millions d’années, ont-ils expliqué. Elles ont été détectées par l’observatoire d’ondes gravitationnelles, qui est l’appareil de mesure le plus précis jamais construit.

Cette découverte pourrait révolutionner l’astrophysique et ouvrir une nouvelle fenêtre sur l’univers et ses mystères. L’Agence spatiale européenne envisage déjà de concevoir un véhicule spatial qui détectera ces ondes gravitationnelles, étudiera les signaux, la source de ces signaux et permettra d’explorer l’univers de manière différente.


Poster un Commentaire

six − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.