logo-mini

Actualité sciences et santé du 06 janvier 2016


Partager

Carence des hôpitaux publics : le ministère de la santé répond

Le ministère de la Santé exprime son « étonnement » face à la campagne véhiculée par certains médias ‒ qu’il ne cite pas d’ailleurs. Des médias qui selon le ministère diffuseraient des informations « erronées » et « fallacieuses » relatives à des cas de patients dans certains établissements hospitaliers marocains. Notamment à Rabat, Casablanca et Inezgane.

« Le ministère ne voit aucune raison à ce que ces informations fallacieuses et mensongères soient diffusées et véhiculées », indique le communiqué du ministère, qui rappelle que « les syndicats ont été les 1er à dénoncer les publications de certains de ces médias, compte-tenu, et je cite toujours le communiqué, du préjudice que cela porte aux professionnels et aux établissements hospitaliers. Ces médias et sites électroniques auraient dû saluer et encourager ces médecins et infirmiers compétents, au lieu de dénigrer leurs efforts et de les impliquer dans des questions fortuites », explique le communiqué. Et d’ajouter que ces moyens de communication « n’ont pas pris le soin de vérifier la véracité de ces faits ».

 

///////////////////

Quelles sont les principales critiques qui visent ces hôpitaux? 

Parmi les doléances fréquemment recensées par ces médias, des délais de consultation trop longs, l’indisponibilité de certains médicaments, des refus de prise en charge ou encore des comportements inappropriés de la part de certains professionnels. Des accusations qui dénotent de l’absence de l’esprit de responsabilité chez ces établissements hospitaliers en matière de prise en charge des patients.

À noter que Luxe radio ne fait pas partie des médias visés par ce communiqué du ministère. Il n’en demeure pas moins que toutes nos tentatives de prise de contact ou de demandes d’interviews auprès du ministère sont restées sans réponses.

 

///////////////////

Toujours est-il que le ministère est lui-même conscient de ces carences dans les hôpitaux publics,  comme l’atteste la création du service « Allo Chikaya »

Et c’est là où le communiqué du ministère semble quelque peu surprenant. Le département de Houcine El Ouardi vient en effet de lancer un nouveau service baptisé « Allo Chikaya ». Il est justement chargé, ce service, de recevoir les plaintes et les réclamations sur la qualité des prestations de santé fournies dans les hôpitaux du royaume.

Comment fonctionne ce service ?

Il s’agit d’abord d’un numéro vert au prix d’une communication locale, le 0801 00 53 53. Il est disponible du lundi au vendredi de 9 h à 16 h. Cela passe également par le site internet du service, le www.chikayasante.ma.

Ce service a été mis en place pour permettre aux usagers des établissements de santé publics de signaler des abus ou des défaillances et, éventuellement, de porter plainte.

Un dispositif auquel viennent se greffer trois services d’informations et d’orientations disponibles en ligne ou par téléphone: « Allo veille épidémiologique » pour s’informer en cas d’épidémie et sur les réflexes à adopter pour s’en prémunir. « Allo SAMU » pour demander un transport sanitaire urgent et « Allo intoxication » en cas d’exposition à une substance toxique.

 

///////////////////

Le Maroc à la traine en matière de publications scientifiques

C’est ce qu’indique un classement réalisé par des chercheurs espagnols. Le « ranking web of hospitals » prend en compte le nombre de pages, de liens, de documents et le référencement des thèses mais aussi des simples contributions aux conférences ou des informations générales sur l’activité des départements de recherche. Le but : inciter les chercheurs à publier davantage sur le web. Pour les organisateurs, cela permet non seulement le transfert de connaissances mais aussi de mesurer l’activité scientifique.

Au niveau national, l’hôpital le mieux classé est le CHU Hassan II de Fès. Viennent ensuite le CHU de Marrakech, la Clinique Atlas à Casablanca, le CHU de Casablanca puis celui de Rabat. Mais au niveau mondial, l’hôpital de Fès ne se situe qu’au 3281ème rang.

Le monde médical marocain n’est pas seulement dépassé par le volume de publications des pays du nord. Même au niveau régional, le pays n’est pas très bien classé. L’établissement de Fès est 10ème en Afrique et 19ème dans le monde arabe derrière des hôpitaux saoudiens et émiratis notamment. À terme, ce classement devrait être revu tous les six mois.

 

///////////////////

Fièvre aphteuse : la campagne de vaccination est terminée

3 millions 200 milles têtes. C’est l’effectif bovin qui a été vacciné à la suite de cette campagne, selon l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires l’ONSSA. Une campagne de vaccination qui a nécessité un  budget d’environ 50 millions de DH.

« La campagne permettra de renforcer l’immunité du cheptel bovin. Elle a été réalisée par 558 vétérinaires privés mandatés et le personnel technique des services vétérinaires de l’ONSSA », relève l’Office.

Celui-ci rappelle par la même occasion que la situation sanitaire de la maladie au niveau national est maitrisée. Aucun foyer n’est apparu depuis le 13 novembre 2015.


Poster un Commentaire

7 − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.