logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 05 février 2016


Partager

santé

Système de santé au Maroc : L’OMS pointe une série de faiblesses

L’Organisation Mondiale de la Santé a publié un rapport sur l’évaluation des fonctions essentielles de santé publique. Dans ce rapport, plusieurs points ont été soulevés, notamment le faible nombre de médecins en comparaison à la population, le manque d’investissements dans le secteur de la santé, un budget qui reste très limité dédié aux soins préventifs des maladies, ainsi que l’absence d’une stratégie globale pour la gestion et la gouvernance de la recherche dans la santé publique.

L’Organisation reproche également au ministère de tutelle son incapacité à réguler le secteur privé, qui exerce dans le domaine de la santé. Selon elle, l’expansion du secteur privé est mal réglementée. Il est donc nécessaire, explique l’OMS, d’établir de meilleurs partenariats entre les secteurs privé et public.

L’organisation mondiale de la santé estime par ailleurs que l’absence de données contrôlées sur le nombre de médecins exerçant dans les cliniques et les établissements privés, constitue également un problème majeur.

 

///////////////////

Le point sur le programme national pour l’élimination des pesticides obsolètes

Hier s’est tenue à Rabat la 2ème Réunion du Comité de Pilotage du Projet « Élimination des pesticides obsolètes et mise en œuvre du programme de gestion intégrée des ravageurs et des pesticides au Maroc ». Un programme qui, rappelons-le, a démarré en mars 2015.

Au cours de cette réunion, organisée par la FAO et l’ONSSA, les différents intervenants ont fait le point sur l’état d’avancée de ce programme.

À ce stade, une mise à jour de la situation du stock actuel des pesticides périmés a été réalisée. Pour ce qui est de l’élimination sécurisée des pesticides obsolètes, évalués à ce jour à plus de 630 tonnes, le projet prévoit leur destruction entre 2016 et 2017 dans des unités spécialisées à l’étranger.

Ce projet doit aboutir avant la fin de l’année 2018. Il doit permettre la promotion des méthodes alternatives aux pesticides chimiques conventionnels, la révision de la législation régissant le cycle de vie des pesticides et la mise en place d’un mécanisme pour la gestion durable des emballages vides au niveau national.

 

///////////////////

Transformer sa voiture en véhicule hybride, c’est désormais possible

L’université de Salerne en Italie a travaillé sur un appareil qu’elle a appelé le Hy Solar Kit: Il permet de recharger les batteries grâce à des panneaux solaires souples et fins et à de l‘énergie cinétique. Les panneaux peuvent produire deux kilowatts par heure, soit un quart de l‘énergie nécessaire en utilisation urbaine.

Cet équipement peut être installé sur tous types de véhicules. Les roues avant sont animées par le moteur à combustion alors que deux moteurs électriques sont installés dans les roues arrières et reliés à la batterie. Ainsi le véhicule peut fonctionner en mode électrique ou en mode hybride.

Ce kit est déjà disponible sur le marché au prix de 3000 euros. Un investissement qui peut être amorti en trois ans, d’après les chercheurs italiens. Ces derniers font également valoir que ce kit améliore les performances comme l’accélération et la tenue de route grâce à la motricité des roues.

Le moteur contribue lui aussi à recharger les batteries notamment dans les descentes et les phases de freinages, tandis que les panneaux fonctionnent toujours, que la voiture soit sur la route, ou à l’arrêt.


Poster un Commentaire

13 − six =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.