logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 01 mars 2016


Partager

santé

Environnement : Tanger et son programme pour un meilleur vivre-ensemble

Le programme « Madinati Ajmal », « Ma ville est plus belle » a été présenté ce weekend à Tanger. Il s’agit d’un programme qui vise à valoriser les initiatives locales en faveur de la préservation de la propreté et de l’attractivité des quartiers.

Ce programme a été lancé par les élus de la préfecture de Tanger-Assilah, les acteurs institutionnels et professionnels de la région, ainsi que la société civile. Tous, ambitionnent de généraliser ces expériences aux niveaux local, provincial et régional, selon une approche participative.

L’objectif global: améliorer la qualité du mieux vivre ensemble en incitant les gens à travailler collectivement et en les sensibilisant autour de l’importance de l’héritage culturel de la ville et de la nécessité de préserver les monuments historiques.

À noter que ledit programme récompense les meilleurs quartiers. 180 acteurs, dont 136 associations et 44 groupes de personnes représentant les six circonscriptions urbaines de la ville sont ainsi en compétition pour rendre Tanger plus belle.

 

///////////////////

Le virus Zika serait responsable de paralysies

Oui sur ce point, l’Institut Pasteur est formel : le virus Zika, soupçonné de provoquer des malformations chez les nourrissons, peut aussi entraîner un syndrome de Guillain-Barré. Il s’agit d’une affection grave mais réversible et plutôt rare pouvant entraîner à la fois une paralysie progressive des membres et une atteinte respiratoire.

Ce syndrome a été diagnostiqué après une étude menée chez 42 patients atteints de Zika, entre octobre 2013 et avril 2014, en Polynésie française, dont 16 sont passés en réanimation pour avoir une assistance respiratoire. Ces atteintes neurologiques ont touchées 20 fois plus de patients par rapport aux taux habituels. Pour l’heure, aucun n’est mort.

Il s’agit en tout cas de la 1ère démonstration d’un lien entre le virus Zika et le syndrome de Guillain-Barré, souligne le professeur Arnaud Fontanet, le coordonnateur de cette étude publiée aujourd’hui même dans la revue médicale The Lancet.

Selon lui, le risque de développer un syndrome de Guillain-Barré a été estimé à 2,4 pour 10 000 infections par le virus Zika.

 

///////////////////

Un projet de recherche européen pour réinventer l’alimentation animale

Il s’agit d’un ambitieux projet de recherche, appelé Noshan. Il a pour objectif de concevoir une alimentation animale à partir de déchets issus d’olives.

Dans une ferme expérimentale située en Belgique, des animaux de ferme sont nourris avec un mélange de soja, de céréales et de produits dérivés issus de la production d’huile d’olive. Les scientifiques veulent savoir si ce menu améliore la santé et la productivité des animaux.

Et bien il semblerait que ce soit le cas, selon Geert Bruggeman, microbiologiste en Belgique. « Il y a eu une bonne croissance, un bon apport alimentaire, dit-il, et cela entraine une moindre consommation de nourriture par unité de viande produite ».

Du point de vue de la santé des animaux, les tests cliniques ont également été concluants. « Nous avons regardé l‘état de leur appareil gastro-intestinal, nous avons aussi examiné les systèmes immunologiques des animaux. Et tout allait bien », affirme le scientifique.

 

///////////////////

 

Pour entrer dans la chaîne alimentaire de l’animal, les restes de nourriture doivent subir un traitement

Ils doivent d’abord être asséchés pour augmenter leur durée de conservation, tout en préservant les vitamines, la couleur, les nutriments, les antioxydants et le goût.

Environ 100 millions de tonnes de nourritures sont gaspillées chaque année dans l’Union Européenne. Les scientifiques ont donc un large éventail pour identifier les produits les mieux adaptés aux animaux d‘élevage et notamment les plus riches en éléments tels que les oligosaccharides, les peptides ou les antioxydants.

Sur ce point, plusieurs déchets alimentaires prometteurs ont été testés sur les cochons et les poules. Et les chercheurs affirment être parvenus à des résultats concrets. Ils indiquent avoir produit un catalogue de 42 déchets alimentaires, qui sont actuellement générés dans toute l’Europe.

Ces produits ont été entièrement caractérisés selon des points de vue très variés : chimique, physique, microbiologique, et également du point de vue de la sécurité alimentaire. Cela permet d’identifier les déchets les plus intéressants en vue d’une valorisation pour une future alimentation animale.


Poster un Commentaire

seize − quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.