logo-mini
santé

Actualité science et santé du 29 décembre 2016


Partager

santé

Un chiffre pour commencer : seulement 8% du poulet produit au Maroc est contrôlé selon l’Association Nationale des Abattoirs Industriels Avicoles, l’ANAVI

8% du poulet produit au Maroc contrôlé et 92 % de la production transite par le circuit informel échappant à tout contrôle. C’est ce qu’a indiqué hier, le président de l’ANAVI, Omar Benayachi. Selon ce dernier, le circuit informel de la filière avicole marocaine compte près de 15 000 tueries, alors le caractère informel de ce circuit s’explique par l’exercice de l’activité sans autorisation sanitaire préalable, mais aussi, par une autorisation uniquement de vente de poulet vif étendue de fait à l’abattage. Il est important de rappeler que les tueries artisanales non contrôlées ont des conséquences néfastes sur l’environnement mais aussi sur la santé des consommateurs. En tout cas, pour le président de l’ANAVI, le défi n’est pas tant d’arrêter ces activités, mais plutôt de trouver des subventions pour les transformer en points de vente agréés ou en abattoirs de proximité, destinés exclusivement aux ménages en respectant les normes sanitaires et réglementaires.

 

En République Démocratique du Congo, des inondations font au moins 50 morts

Effectivement… Des pluies torrentielles dans la nuit de lundi à mardi, à Boma, dans le sud-ouest du pays, ont fait sortir la rivière Kalamu de son lit et deux quartiers de la ville ont été inondés.  La crue a duré environ deux heures, avant que les eaux ne se retirent. Selon les autorités locales, des inondations ont fait une cinquantaine de morts cette semaine, au moins 500 habitations ont été détruites. Conséquence : 10 000 autres personnes sont sans-abri, autant dire que les dégâts sont très importants. Les recherches se poursuivent sur place pour trouver éventuellement d’autres corps enfouis dans la boue. 

 

Pollution : après Paris, circulation alternée dans une autre capitale européenne, à Madrid

Madrid : plus de 3 millions d’habitants et plus d’un million et demi de voitures. À partir d’aujourd’hui, tous devront suivre la même règle : « les jours pairs circuleront les immatriculations paires (…) et les jours impairs circuleront les immatriculations impaires » … annonce de la mairie de Madrid. Cette mesure, activée automatiquement si les taux de dioxyde d’azote dépassent un certain seuil, en vertu d’un protocole municipal anti-pollution, est une première en Espagne. Madrid avait été citée il y a deux ans, comme une des villes les plus polluées d’Europe par une organisation écologiste française. Toutefois, des exceptions sont prévues, notamment pour les cyclomoteurs, les véhicules à moteur hybride, ou des personnes à mobilité réduite. Les transports en commun, les taxis, les véhicules des services municipaux ou des services d’urgence ne sont pas non plus concernés. En tout cas, cet épisode de pollution s’explique par l’absence de pluie. Et l’anticyclone qui assure à Madrid des journées ensoleillées devrait encore rester pendant plusieurs jours.

 

 

Le guépard pourrait bientôt être en voie d’extinction

Une inquiétante étude publiée par une revue scientifique américaine révèle que le nombre de guépards aurait fondu de 93 000 félins en un peu plus d’un siècle.  Le guépard, cet animal au pelage doré avec quelque 3 000 petites taches noires, un squelette léger et une petite tête profilée. Avec un autre signe distinctif: sa course qui peut atteindre près de 112 km par heure et une foulée de 8 mètres, soit 3 fois celle d’Usain Bolt. Mais pour se dégourdir ses pattes, le guépard a besoin d’espace loin de la concurrence, car l’animal le plus rapide du monde est particulièrement vulnérable aux autres carnivores de la savane. Or, 77 % des guépards vivent en dehors des zones protégées. Alors qu’on en comptait 100 000 au début du 20eme siècle, ils ne seraient plus que 7 000 aujourd’hui, la quasitotalité d’entre eux vivant en Afrique. De quoi alarmer la Société zoologique de Londres qui indique que le guépard pourrait disparaître rapidement à moins que des mesures urgentes ne soient prises. Aussi, les auteurs de cette étude souhaitent voir le félin inscrit sur la liste rouge des espèces en danger de l’Union internationale pour la conservation de la nature, un point de départ à sa protection.


Poster un Commentaire

quatre × 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.