logo-mini

Actualité science et santé du 29 octobre 2015


Partager

La tuberculose fait encore 1,5 million de morts dans le monde 

L’Organisation mondiale de la santé a publié, hier son rapport annuel sur la tuberculose. D’après ce rapport, la maladie a tué l’an dernier plus de 1,5 million de personnes dans le monde. Cela représente en moyenne 4400 personnes par jour.

Le nombre total de nouveaux cas de tuberculose, soit 9 millions 600 mille, a été plus élevé l’an dernier que les années précédentes, selon le rapport. L’OMS précise toutefois que ce chiffre reflète l’amélioration des données nationales, plutôt qu’une augmentation de la propagation de la maladie.

Dans le détail, la tuberculose a tué, en 2014, 890.000 hommes, 480.000 femmes et 140.000 enfants. Sur les 1,5 million de morts, 400.000 étaient co-infectés par le VIH.

La plupart des décès auraient pu être évités, selon l’OMS qui relève que des lacunes importantes persistent, en particulier pour détecter les cas de résistance aux médicaments.

À noter que plus de la moitié des cas de tuberculose dans le monde c’est dire 54%, se sont produits en Chine, en Inde, en Indonésie, au Nigeria et au Pakistan.

 

///////////////////

De l’oxygène trouvé dans l’atmosphère de la comète Tchouri

La sonde européenne Rosetta a découvert de l’oxygène en abondance dans l’atmosphère de la comète Tchouri, une surprise totale pour les scientifiques. « Il s’agit de la découverte la plus surprenante faite jusqu’à présent autour de la comète » a estimé Kathrin Altwegg, de l’Université de Berne en Suisse, l’un des auteurs de l’étude.

Cet oxygène moléculaire pourrait être plus ancien que notre système solaire, qui date de 4,6 milliards d’années, selon une étude publiée hier dans la revue britannique Nature.

C’est la première fois que l’on trouve du dioxygène – plus couramment appelé oxygène moléculaire – dans une comète, même s’il a été détecté dans d’autres corps célestes glacés comme les lunes de Jupiter ou de Saturne.

Rosetta, qui a réalisé des mesures de gaz entre septembre 2014 et mars 2015, a trouvé en moyenne 4 % d’oxygène moléculaire dans le nuage qui forme la queue de la comète. Ce pourcentage est parfois monté jusqu’à 10 %.

 

///////////////////

Une découverte qui remet en cause plusieurs hypothèses scientifiques

Le but de la mission Rosetta est de mieux comprendre l’évolution du système solaire depuis sa naissance, les comètes étant considérées comme des vestiges de la matière primitive. Mais à la suite de cette découverte, il va peut-être falloir modifier les modèles actuels sur la formation justement, du système solaire.

Pour le moment, expliquent les chercheurs, ces modèles ne prévoient pas la présence d’oxygène moléculaire dans une comète. La surprise des scientifiques tient au fait que l’oxygène est très réactif chimiquement et qu’il se transforme facilement. Pour avoir pu survivre en l’état, il a fallu qu’il soit incorporé dans la comète avec douceur, explique les chercheurs. Selon eux, cet oxygène aurait pu être emprisonné dans des grains de glace.

 

 

///////////////////

Scott Kelly va devenir l’Américain resté le plus longtemps dans l’espace

Normalement, les équipages de la station spatiale internationale se relaient tous les cinq ou six mois. Scott Kelly, lui, est en orbite depuis plus de sept mois. Avec 216 jours en continu à bord de l’ISS, où il doit rester un an au total, il va battre le précédent record de 215 jours détenu par l’ancien astronaute américano-espagnol Michael López-Alegría en 2007. À noter que le record mondial absolu de durée appartient au Russe Valeri Poliakov, avec 14 mois d’affilée à bord de la station spatiale Mir en 1994 et 1995.

Scott Kelly effectue cette mission d’un an dans l’ISS avec son collègue cosmonaute russe Mikhaïl Kornienko. Ils étudient les effets biologiques et psychologiques de longs séjours dans l’espace en préparation de futures missions habitées vers Mars, à l’horizon 2030 au plus tôt. Ils doivent revenir sur la Terre le 3 mars 2016.

 

 

///////////////////

Archéologie : la villa du 1er empereur de Rome exhumée

On connait bien Pompéi, ensevelie en 79 avant J.-C. par une éruption du Vésuve, dans les hauteurs de Naples, en Italie. Environ 450 ans plus tard, une autre éruption du célèbre volcan recouvre de cendres la localité de Nola. C’est dans cette petite ville de la périphérie de Naples, qu’a vécu Octave, devenu Auguste en 27 avant notre ère, c’est à dire 1er empereur de Rome.

Après 13 années de fouilles, le site archéologique révèle enfin ses trésors. Une plongée de quelques mètres sous terre nous relie au mode de vie d’Auguste dans une des périodes les plus prospères de l’antiquité. La villa où il aimait séjourner se dévoile avec son hall d’entrée, ses vastes salles de réception, ses colonnes, ses fresques ou encore ses mosaïques vieilles de 2000 ans…

Pour rappel, c’est dans sa villa de Nola qu’Auguste a poussé son dernier souffle. Selon certains historiens, sa femme Livie lui aurait elle-même servi les figues empoisonnées qui l’ont tué.


Poster un Commentaire

trois + 9 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.