logo-mini

Actualité science et santé du 11 septembre 2015


Partager

Morsure de serpent : une pénurie d’anti-venin annoncée en Afrique

Et c’est, une fois de plus, Médecins Sans Frontières qui tire la sonnette d’alarme. Dans son communiqué, l’ONG est formelle : « Des dizaines de milliers de personnes continueront de mourir de morsures de serpent à moins que la communauté mondiale de la santé ne prenne des mesures immédiates pour assurer la production d’un traitement et d’un sérum antivenimeux ».

Médecins Sans Frontières rappelle, en effet, que le laboratoire français Sanofi-Pasteur a cessé la production de Fav-Afrique, le seul sérum antivenimeux certifié sûr et efficace en 2014. Les stocks de cet anti-venin seront périmés d’ici à juin 2016, sans qu’aucun produit de remplacement ne soit disponible pendant au moins deux ans.

Selon des estimations citées par MSF, près de 100.000 personnes décèdent chaque année à la suite de morsures de serpent, dont 30.000 en Afrique sub-saharienne.

 

///////////////////

Une nouvelle espèce du genre humain découverte en Afrique du Sud

L’annonce en a été faite hier. Une nouvelle espèce humaine vient d‘être mise au jour en Afrique du Sud par une équipe de chercheurs universitaires. L’espèce a été baptisée homo naledi, “naledi” signifiant “étoile” en langage Sesotho.

Cette espèce, appartenant à la famille de l’homme moderne, aurait vécu il y a plus de trois millions d’années. Il mesurait environ 1,5 mètre et pesait 45 kilos, tandis que son cerveau avait la taille d’une orange.

L’Homo Naledi présente aussi des caractéristiques très particulières : « Certains aspects, comme ses mains, ses poignets et ses pieds, sont très proches de ceux de l’homme moderne. Dans le même temps, son petit cerveau et la forme de la partie supérieure de son corps sont plus proches du groupe pré-humain des australopithèques », explique le professeur Chris Stringer du Musée d’histoire naturelle de Londres.

« Ses mains laissent supposer qu’il avait la capacité de manier des outils, ses doigts étaient extrêmement incurvés », précise par ailleurs, un communiqué conjoint de l’université du Wits, de la National Geographic Society et du ministère sud-africain des Sciences.

 

/////////////////// 

Cette découverte passionne les scientifiques

D’abord, parce qu’il est extrêmement rare de découvrir ainsi une espèce encore inconnue du genre humain.

Ensuite, parce que ce nouvel individu représente une nouvelle étape dans la chaîne de l’évolution. Reste à déterminer qu’elle est cette étape. « Homo naledi » est-il le dernier représentant des australopithèques, avant  l’ère du genre homo ? Ou bien se situe-t-il au carrefour des australopithèques et de l’homo habilis ?

Par ailleurs, le lieu où les ossements ont été découverts interpelle en lui-même les scientifiques. Ces fossiles ont été trouvés dans une grotte très difficile d’accès. Ils auraient pu être déposés là lors d’un rite funéraire par exemple – une pratique qu’on ne voit pas d’ordinaire chez les espèces primitives. Le travail des chercheurs ne fait donc que commencer.

 

///////////////////

Une tête géante de Lénine retrouvée et déterrée à Berlin

Il s’agit d’un visage de granit d’1,70 m et pesant trois tonnes et demi. Il faisait partie d’une immense statue démontée après la chute du mur de Berlin en 91.

Cela faisait donc plus de vingt ans qu’elle était enterrée dans cette forêt du sud-est de Berlin où elle a été retrouvée. La tête du père de la révolution russe, privée d’oreille gauche, a été déterrée dans la matinée d’hier par des ouvriers, avant d’être hissée à l’aide d’une grue sur un camion. Elle a ensuite entamé son trajet à travers la capitale allemande. Sa destination : une ancienne citadelle transformée en musée à Spandau, à l’ouest de Berlin. La pièce en granit va rejoindre l’exposition permanente que la capitale allemande va consacrer aux figures clés de la tumultueuse histoire du pays. L’exposition doit ouvrir au début de l’année prochaine.

Initialement, le crâne faisait partie d’un monument réalisé par Nikolai Tomski, président de l’Académie soviétique des Arts, représentant un Lénine en pied de 19 mètres de haut, sur fond de drapeau rouge. Inauguré le 19 avril 1970, trois jours avant le 100e anniversaire de la naissance de Lénine, il était resté 31 ans sur une place portant le nom du révolutionnaire. Son démontage a été ordonné à l’automne 1991. Découpé en 120 morceaux, le monument a finalement été enterré dans une zone forestière protégée.


Poster un Commentaire

quatre × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.