logo-mini

Actualité science et santé du 07 septembre 2015


Partager

Au Maroc, les étudiants en médecine boycottent la rentrée universitaire

Une manière de protester à nouveau contre le service sanitaire national. Cette décision a été prise au cours de l’assemblée générale organisée le 31 août dernier par le bureau des étudiants en médecine de Rabat, le BDEM, a travers la commission nationale des étudiants en médecine au Maroc.

Cette assemblée a d’abord débattu du dossier du service sanitaire obligatoire, signalant les efforts fournis par la commission afin de dialoguer avec le ministère et négocier ces propos, mais sans aucun résultat. Par conséquent, un sit-in a été tenu le premier septembre. Il devrait se poursuivre jusqu’au 17 septembre.

La commission a indiqué dans son communiqué que ce sit-in concerne tous les étudiants, de toutes les promotions, sans exception. Ils pourront s’ils le souhaitent boycotter les cours théoriques, les travaux pratiques, le concours d’internat, les examens cliniques et les stages hospitaliers, service des urgences et de réanimation inclut.

Le taux de participation au sit-in a dépassé 75% à Rabat. Il a atteint 100% à Casablanca et Marrakech. On attend désormais la rentrée universitaire à Fès et à Oujda.

 

///////////////////

Nouveau cas d’Ebola rapporté dans le nord de la Sierra Leone

Les autorités sanitaires de la Sierra Leone ont annoncé dimanche un nouveau cas d’Ebola dans le district de Kambia, dans le nord du pays.

Il s’agit de la nièce d’une femme de 67 ans décédée récemment de la maladie, dans une commune proche de la frontière avec la Guinée.

Selon Abbas Kamara, responsable des relations publiques du ministère de la Santé, le résultat du test sur la malade est positif.

Ce cas d’Ebola infirme donc le compte à rebours de 42 jours de la période d’incubation. Selon le Centre national d’intervention d’urgence, 20 personnes sont actuellement en quarantaine et 93 autres surveillées vigoureusement.

 

///////////////////

Une fois adultes, les prématurés réussiraient moins bien que les autres

Les bébés nés de manière prématurée, n’auraient pas les mêmes chances de réussite que les autres. Telles sont les conclusions d’une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Warwick en Grande-Bretagne. Une étude qui porte sur près de 15.000 personnes nées prématurément ou non.

Après avoir préalablement étudié leurs niveaux de qualification et de vie, les scientifiques ont constaté que ceux qui étaient nés avant le terme avaient un taux de réussite inférieur aux autres. Ils étaient aussi plus enclins à être au chômage et à être confrontés à des difficultés financières.

Les auteurs de l’étude ont souligné que cette « différence » se manifestait dès les premières années, les enfants prématurés ayant de moins bons résultats scolaires que les autres.

 

///////////////////

Allergies : la poussière des fermes serait bénéfique

Une étude, publiée jeudi dernier dans la revue Science, montre ainsi que les enfants qui grandissent dans les fermes sont protégés de l’asthme et des allergies respiratoires par la poussière qui s’y trouve.

Pour comprendre pourquoi les enfants d’agriculteurs ne réagissaient pas aux allergènes, les chercheurs de l’Université de Ghent en Belgique se sont donc focalisés sur la source même de ces particules à l’intérieur des fermes : la poussière.

Pour cela, ils ont des souris à cette poussière pendant 2 semaines. « Après 15 jours d’exposition à de faibles doses, les souris étaient totalement protégées contre l’allergie aux acariens, le cas d’allergie le plus courant chez les humains » explique Bart Lambrecht, professeur de médecine pulmonaire et co-auteur de l’étude.

Suite à ces premiers résultats, l’équipe a donc étudié de plus près la muqueuse des voies respiratoires. Les chercheurs se sont aperçus que la poussière agricole rendait les cellules épithéliales beaucoup moins réactives aux allergènes, en diminuant la sécrétion des molécules immunitaires mises en jeu dans les réactions allergiques.


Poster un Commentaire

5 × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.