logo-mini
marbre

Les marbres antiques grecs


Partager

marbre

Roche dérivée du calcaire, le marbre a une histoire plurimillénaire. Veiné ou marbré en raison d’inclusions d’oxydes métalliques, il est employé depuis l’antiquité en sculpture et architecture.

Sa brillance ou son éclat sont dus à son faible indice de réfraction, la lumière pénètre dans la pierre avant d’être réfléchie, d’où cet éclat spécial du marbre surtout les variétés blanches.

Le terme marbre dérive d’ailleurs du grec marmaros qui signifie pierre resplendissante.

Mais bien avant l’antiquité et l’Empire grec, c’est au néolithique que les archéologues datent les premiers objets et artefacts en marbre, le néolithique est d’ailleurs surnommé « l’âge de la pierre polie ».

Lorsqu’on voyage dans les Cyclades, sur les îles de Naxos et Paros, on peut voir des sculptures en marbre qui datent du IV millénaire avant J.-C.

Le Grèce antique était réputée pour ses marbres car ses îles étaient riches de carrières avec en particulier des marbres blancs précieux et rares extraits de Pentélique, Thasos, Naxos et Paros.

Témoignent aujourd’hui de cet âge d’or, certains monuments d’Athènes comme le Temple de l’Acropole érigé au V siècle av. J.-C ou le Parthénon entièrement bâti en blocs de marbre pentélique.

La Grèce antique aimait les marbres blancs et leur pureté.

Les textures des marbres grecs sont également multiples, parfois douces et lisses, ou rugueuses.

Dans l’art antique, des éléments décoratifs ou des œuvres comme la frise du Parthénon, la Vénus de Milo ou la Victoire de Samothrace réalisées en marbre étaient complétées par des applications de peintures et pigments de couleurs déposées directement sur le marbre.

Mais plus tard, sous l’Empire romain, les marbres de couleurs sont recherchés, des marbres à la robe unie, veinée ou jaspée (parsemée d’une multitude de teintes).

Aujourd’hui encore, la Grèce reste l’un des principaux pays exportateurs de marbre. Parmi les gisements et carrières célèbres, celles de l’Ile de Naxos, en activité depuis le VIIème siècle.

À Paros, le marbre est blanc-gris, son grain, fin et homogène; c’est un marbre luxueux, exploité dès le Vème siècle.

Le troisième marbre le plus célèbre de Grèce est le marbre pentélique extrait de carrières situées près d’Athènes.  Blanc veiné de vert, son grain est fin.


Poster un Commentaire

seize + 11 =