logo-mini
violence

La violence dans nos universités s’est-elle banalisée?


Partager

violence

En janvier dernier déjà, des incidents sanglants ont éclaté à la faculté de droit d’Agadir et à Marrakech, causant la mort de deux personnes.

Même chose à Fès, où un étudiant a lui aussi succombé à ses blessures.

Quelques mois plus tard, on observe de nouveau un regain de violence cette fois à l’université de Meknès, avec l’affaire dite de Chayma, serveuse dans la buvette de l’université. La jeune femme aurait été agressée par un groupe d’étudiants soupçonnés d’appartenir à une mouvance de gauche radicale.  Selon un communiqué de la DGSN, ils lui auraient ligotée les mains, l’auraient frappée et lui auraient rasée de force les cheveux devant des étudiants qui n’ont pas réagi.

Interpellé au Parlement justement sur cette recrudescence des violences en milieu universitaire, le Ministre de tutelle, Lahcen Daoudi en appelle à la création d’une commission d’enquête.

Il a précisé que certaines personnes impliquées dans cette affaire n’étaient pas des étudiants. Cela fait maintenant quelques années que la violence se multiplie dans les universités marocaines.


Poster un Commentaire

19 − 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.