logo-mini
policiers

Un viol sur la place publique par des policiers, « pratique d’un Etat totalitaire et d’un pays en guerre » selon Melanie Frerichs-Cigli


Partager

policiers

La semaine dernière, quatre policiers, au départ accusés de viols en réunion, ont été présentés à un juge d’instruction. Ils sont soupçonnés d’avoir porté de violents coups de matraque sur ce jeune homme Théo âgé d’une vingtaine d’années, gravement blessé et toujours hospitalisé depuis dimanche.

Les faits se sont déroulés il y a quelques jours, jeudi,  vers 17 heures, ce jeune  Aulnaysien a fait l’objet d’une « interpellation musclée » au cœur de la cité des 3000, après qu’une opération de « contrôle » ait dégénéré, selon une source proche de l’enquête. La scène, filmée par la vidéosurveillance de la police municipale et des témoins, montre notamment un policier «porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses» du jeune homme, après que son « pantalon ait glissé tout seul », selon cette même source, expliquant ainsi la requalification des accusations de « viol » en « violences volontaires ». Hier, les premières conclusions de l’IGPN ont écarté l’idée de «viol délibéré» en se basant sur les images de vidéosurveillance, pour eux, il s’agit d’un simple accident.


Poster un Commentaire

16 − dix =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.