logo-mini
potager

Tendance : le potager d’intérieur


Partager

potager

Créer son propre potager, ce n’est pas une idée nouvelle, mais cela devient le nouveau plaisir des citadins. Une tendance qui semble plaire à celles et ceux qui ont faim de nature, de fraîcheur, à celles et ceux qui aiment se mettre au vert, vivre au gré des saisons, semer des graines en méditant et voir fleurir dans leur cuisine, des herbes aromatiques, de jeunes pousse de salades ou des mini-légumes.

Pour ces amateurs et rois du jardinage, les designers ont même imaginé des potagers d’intérieur au look sobre et chic,  composés de bacs à eau sur lesquels flottent des réceptacles où l’on dispose des graines, et au-dessus desquels, des leds qui aident à la pousse. Le tout ultra pratique et répond parfaitement au besoin de ceux qui aiment se donner rendez vous quotidiennement avec leurs plantes.

Les spécialistes des nouvelles technologies ont également surfé sur la tendance et inventé des dispositifs simples pour simplifier la vie aux passionnés. Des bacs éclairés par des leds jusqu’à l’armoire potagère encastrable sous le plan de travail, en passant par les systèmes d’aquaponie qui mettent à contribution les poissons, il existe aujourd’hui des systèmes pour tous les goûts, tous les espaces et, surtout, toutes les bourses…

On retiendra aussi le concept de l’armoire réfrigérée dédiée à l’herbe fraîche et petits légumes. Un objet que le chef François Pasteau, fervent défenseur du produit local et de saison, a testé dans son propre restaurant. Durant une année, il en cueillait ses herbes fraîches pour parfumer ses plats, en plein service, au milieu des clients amusés. Cet objet explique t-il consomme de l’eau et de l’électricité certes mais bien moins que s’il avait fallu transporter ces herbes en camion réfrigéré. Selon le chef, La tendance à l’ultra-local, dans un souci de respect de l’environnement, est une des raisons pour laquelle les ventes de « potager d’intérieur » augmentent.

Une autre serait de transmettre à ses enfants l’amour et l’envie de découvrir de nouveaux végétaux, surtout s’ils l’ont vu poussé. Aussi, selon Eric Birlouez, Ingénieur agronome et Sociologue de l’agriculture et de l’alimentation, cela répond parfaitement à la tendance du « Do It Yourself »… « Faire son pain, ses étagères ou maintenant faire pousser sa salade, c’est très gratifiant, pour soi-même comme aux yeux des autres ».

Eric Birlouez précise également que près de 85% des aliments que nous mangeons aujourd’hui sont transformés par l’Industrie. Ce qui inquiète de plus en plus les consommateurs et les pousse à cultiver leur propre nourriture. Selon ses mots : cultiver c’est maîtriser son alimentation dès le départ. Une volonté de maîtrise qui n’est pas prête de s’arrêter face aux scandales sanitaires et écologiques qui s’accumulent dans l’industrie alimentaire. Le chef François Pasteau conseille d’ailleurs de choisir des semences bio, même lorsque l’on cultive son potager dans sa cuisine avec des leds et des logiciels.


Poster un Commentaire

14 − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.